Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Se connecter

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 75

Essenchill

Écrit par

Le  ‘chill’, c'est se reposer après avoir gesticulé trois heures comme un forcené sous les stroboscopes des dance-floors, les pupilles légèrement dilatées et la gorge sèche. Ou plutôt, c'était comme ça, avant : avant l'arrivée des restos bio au mobilier en teck, des crémeries où l'on mange des sushis en écoutant de l'ambient ; avant les magasins de fripes où l'on vaque l'air détaché en écoutant le mix downtempo du DJ coincé entre deux boîtes à chaussures ; bref avant que l'électro devienne un produit de consommation distribué dans tous les endroits smart et in de la planète. Formaté pour plaire au plus grand nombre, cet électro-là sent le vieux papier-peint, et c'est ce qu'elle est : une musique d'ameublement, parfaite pour remplir de ses notes passe-partout l'espace " cuir " ou " sacs à main " des boutiques de couturier, mais indigeste une fois qu'on l'écoute vraiment. Car c'est là l'essentiel et le plus incroyable : cette musique n'est pas faite pour être écoutée, comme les chapeaux de certains grands stylistes ne sont pas faits pour être portés : ce qui est acheté, c'est le standing, le branding, la marque. Et peu importe si cela ne ressemble à rien, puisque l'objectif premier de l'acheteur n'est pas l'acquisition d'un objet, voire d'une œuvre (quand même), mais d'une image, celle de son temps. En écoutant des compiles chill ou lounge, le consommateur se veut donc dans l'air du temps. Sauf que cet air sent drôlement mauvais, et que la musique devient muzak. Même des DJs renommés comme ici Nitin Sawhney (l'un des spécialistes de l'asian sound) prêtent leurs services à ces entreprises de vulgarisation commerciale. Forcément, on y perd des plumes en termes de crédibilité, d'autant plus que l'exercice relève souvent du mix primaire, plus proche du pousse-disques de mariage que de Jeff Mills ou des Flying Dewaele Brothers. Ici, les titres s'enchaînent sans surprise, de la deep house d'Alex Gopher au rock psyché-pop de Mercury Rev. Il y en a pour tous les goûts puisqu'il faut contenter tout le monde, bref c'est vraiment très chouette, merci la mondialisation.

 

Informations supplémentaires

  • Band Name: Various Artists
  • Genre: Electro/Hip Hop
  • Label Prod: V2
Lu 220 fois
Plus dans cette catégorie : « Moon over Montgomery Refractions »
FaLang translation system by Faboba