• 4, tout simplement !
    4, tout simplement ! Après avoir décroché trois albums certifiés disques d’or, Elsa Esnoult nous propose son quatrième opus qui a pour titre tout…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait
Akim Serar

Akim Serar

samedi, 05 juillet 2014 15:51

L'été sera sombre avec The Acid

Attendu avec impatience, le trio The Acid dévoile l’entièreté de son premier album, "Liminal".

Si les titres de leur récent EP homonyme avaient jeté la lumière sur les recoins obscurs de leur musique, Ry X et ses acolytes (le producteur Adam Freeland et Steve Nalepa, collaborateur de Drake et The Weeknd) nous assurent un été teinté d'une douceur électronique vaporeuse.

L'album entier, en écoute depuis ce weekend sur le site du célèbre NME ne laissant planer aucun doute sur la qualité intrinsèque de compositions à mille lieues de tout hype potentiel.

 

Tirez la langue, c'est gratuit!

vendredi, 04 juillet 2014 17:51

Murat voit double

C'est le 13 octobre que  sortira le nouvel album de Jean Louis Murat (PiaS).
Vingt titres répartis sur une double galette, enregistrée avec le Delano Orchestra et dont le titre sera  "Babel".
De quoi nous prouver que l'Auvergnat dispose de plus d'un(e) tour dans son sac.
 
mercredi, 02 juillet 2014 21:54

Nouvel EP pour The KVB

Nouveau six titres pour l'obscure et fascinant duo londonien aux trois initiales énigmatiques.
Sombre et entêtant, comme ses prédécesseurs, ce "Out Of Body" EP prouve s'il le fallait encore que l'héritage des Jesus And Mary Chain est assuré.
Nous voilà rassurés.
 
dimanche, 29 juin 2014 15:32

The Libertines sont bel et bien de retour

Cette fois, c'est fait!
 
Pour les sceptiques et ceux qui n'osaient y croire, The Libertines ont bel et bien donné leur premier concert en quatre années (après cette unique date de Reading en deux mille dix), soit dix ans après leur split officiel.
 
Pete Doherty, Carl Barat, John Hassall and Gary Powell ont vaincu le signe Indien au Glasgow Barrowlands ce vingt-huit juin dernier et empochent par la même occasion quelques Livres Sterling trébuchantes qui devraient leur permettre de se supporter au moins jusu'au premier octobre prochain, date annoncée de leur concert à Forest Nattional (Club)
 
"Endless Love", le nouvel album de Sivert Höyem (ex-Madrugada) est à présent disponible (Hektor Grammofon / Differ-Ant).
Dédicacé à la mémoire de son manager, décédé à la fin de l'enregistrement, il semble taillé dans le même bois sombre que ses prédécesseurs.

Le tracklist complet :

Endless Love
Enigma Machine
Handsome Savior
Inner Vision lyrics
Free As A Bird/Chained To The Sky
Little Angel
Wat Tyler
Görlitzer Park
At Our Evening Table
Ride On Sisters
lundi, 09 juin 2014 19:03

Arcade Fire met le feu à Londres

En plein « Reflektor » tour, Arcade Fire faisait halte dernièrement dans la capitale Anglaise.

 Pour marquer le coup, les Canadiens étaient accompagnés le premier soir par Ian McCulloch le temps d’une reprise de Echo And The Bunnymen (« The Cutter »).

Quant au second soir (samedi 07 juin),  le band lui préfèrait une cover des Smiths ( en l’occurrence, « London », face B du 12’’ « Shoplifters Of The World Unite » sorti en mille neuf cent quatre vingt sept).

 Signalons aussi que Arcade Fire avait tout particulièrement insisté pour jouer au Earl’s Court, salle promise aux spéculations de promoteurs immobiliers dont la culture musicale est loin d’être la préoccupation majeure…

 

samedi, 24 mai 2014 14:36

Le « Charm » de Fastlane Candies…

Les Fastlane Candies viennent de publier un tout nouveau clip, plein de « Charm », puisqu’il s’agit du titre extrait de « Telenovelas », leur plus que recommandé premier album.

Une superbe vidéo signée Haris Pilton à visionner ici

Voici les prochaines dates de concert du groupe:

20/06/2014 Fiesta du Rock - Flemalle - BE
21/06/2014 FDM Chaudfontaine - BE
04/07/2014 Unisound - Court-St-Etienne - BE

12/07/2014 La Semo festival - Enghien - BE
09/08/2014 BSF - Bruxelles - BE

 

 

vendredi, 02 mai 2014 01:00

Liègechester vous salue bien

Loin d’être en reste sur le plan qualitatif, la jeune scène liégeoise rivalise non seulement avec le reste du pays, mais peut aussi se targuer de posséder quelques pointures de calibre international.
Leaf House est bel et bien de cette trempe, et présentait fièrement ce vendredi, le résultat de deux années de travail.
Une ‘Release Party’ qui prélude, on l’espère, une grande carrière, il est vrai déjà joliment mise sur rails
.

Le public local ne s’est pas trompé, et a répondu en masse afin de participer à cette mise sur orbite.

Public majoritairement jeune. Logique, au vu de la moyenne d’âge affichée par le groupe. Une jeunesse qui sent bon la fougue et l’enthousiasme, tout en ne négligeant pas pour autant l’amour du travail bien fait et le soin apporté au sens du détail.

À l’écoute des nouveaux titres présentés ce soir, il ne fait plus aucun doute que le band liégeois entend entrer de plein pied dans la cour des grands.

Et de constater qu’il a tout pour réussir.

En ce sens, les prochaines dates de concerts leur permettront d’affûter un set qui possède exactement le bon dosage pour satisfaire aussi bien les festivaliers en quête de bonne humeur que les mélomanes plus difficiles.

En moins d’une heure, Leaf House balaie toute ombre de doute et impose d’emblée sa patte.

Un son, une pêche, un équilibre : de quoi mettre en valeur des compositions riches et particulièrement efficaces.

Il n’y a pas à dire, l’album est promis à un bel avenir, et le succès du groupe devrait dès lors logiquement suivre cette trace étoilée, bigarrée de mille couleurs.

Car leur musique s’écoute, mais se voit également, se déclinant dans un spectre large s’étendant au-delà de la simple quadrichromie.

Sans appartenir à une quelconque mode (ou alors la leur, qui adopte ses propres codes), et se prévalant d’atouts susceptibles de plaire à un grand nombre (sans pour autant tomber dans la facilité), Leaf House est un groupe heureux et prêt à s’épanouir.

Heureux, qui comme Ulysse et ses compagnons, entament leur carrière sous les meilleurs auspices.

S’il reste évident que le groupe à encore du chemin à parcourir (somme toute quoi de plus normal qu’un long voyage pour un groupe arborant ce patronyme ?), les gagnants du tremplin Ardentes (qui à ce titre ouvriront le festival), marquent déjà les esprits et se distinguent dans le paysage sonore local.

À suivre, donc.

Finalement, au sortir de ce concert, je ressens l’impression vivifiante de vivre au plus près l’histoire d’une scène en devenir, une scène amorcée par les mêmes passionnés, actifs depuis belle lurette, mais qui porte aujourd’hui les fruits d’un succès amplement mérité.

Et je ne peux m’empêcher d’y voir certaines similitudes avec ce Manchester d’une autre époque, elle aussi raillée pendant tout un temps, et qui est parvenue à sortir de la grisaille pour devenir un des pôles majeurs de l’industrie du disque.

Liègechester, vous salue bien.

(Organisation: JauneOrange)

 

Retour au bercail pour les enfants sages du label Jaune Orange, après une mini-tournée commune.
Accueillis comme il se doit par un public venu nombreux, les trois groupes se promettaient de fêter dignement ce retour en leur fief.
Qui a dit que nul n’était prophète en son pays ?
Issus de la même écurie et partageant le (bon) goût de la (bonne) Pop, les Candies, Feather et Pale Grey déclinent néanmoins leurs influences de manière toute personnelle.

Ainsi, Fastlane Candies ouvre le bal ce soir, tout en n’oubliant pas d’y apporter gouaille et bonne humeur.

L’album « Telenovelas » est aujourd’hui bien accroché à la plupart des oreilles présentes ; dès lors, la succession de petites perles sucrées issues de ce premier album s’égrène élégamment tout au long d’un set qui ne manque pas de panache.

Au public réceptif, les cinq membres du band répondent, non sans une pointe d’humour ; mais surtout affichent dorénavant une assurance qui leur sied bien.

Une maturité gagnée au fil des concerts et qui donne encore plus de volume en ‘live’ à des compositions à la candeur adolescente.

De maturité, The Feather n’en manque certainement pas. Et pour cause. Ce super groupe du label compte en son sein des membres de MLCD, Pale Grey, et comme tête de proue, la chevelure sauvage de Thomas Medard de Dan San. Soit une somme d’individus extrêmement doués qui possèdent déjà une fameuse expérience de la scène.

Doux voire ouaté, leur univers est vrillé de saccades énergiques délicatement parsemées et ne se distingue pas instantanément des paysages arpentés par Dan San, se différenciant néanmoins par une écriture différente et une instrumentation aux accents ciné-panoramiques, qu’on retrouve en même proportion sur leur album « Invisible ».

Laissant le soin aux Pale Grey de dégoupiller les derniers artifices d’un feu coloré de jaune et d’orange.

Emmenées par l’impeccable section rythmique et contrebalancées par d’imparables mélodies, les chansons du combo prennent toute leur ampleur et sont reprises en chœur par une frange de fans occupant la droite du couloir en face de la scène.

Un côté festif qui résume à lui seul l’excellente ambiance de cette belle affiche.

Si aucune surprise n’est venue, au final, clôturer ce show (on était en droit d’attendre une réunion de tout ce petit monde en fin de concert) et si aucun des groupes n’a assuré de rappel, le bilan de cette fête est néanmoins particulièrement positif.

La nuit peut  alors commencer, et après que les têtes aient dodeliné, laissons les corps se déhancher.

(Organisation : JauneOrange / Court-Circuit / Club Plasma)

Fastlane Candies + The Feather + Pale Grey

 

mardi, 15 avril 2014 01:00

A pas feutrés

Entre pudeur et retenue gracile, le groupe gantois, récemment signé chez Crammed Disc, présentait ce soir son nouvel album, devant un parterre d’invités.
Sur la pointe des pieds, Inne Eseyrmans et ses deux comparses, levaient donc le voile sur “From Clay to Figures”, album sur lequel nous aurons bientôt l’occasion de revenir.

Contraste saisissant à premier abord, entre la lumière crue des éclairages projetée sur un mur de béton blafard et la musique feutrée d’Amatorski, qui tel un papillon venant à se poser sur un néon blanc, cherchait tout autour un peu de chaleur réconfortante.

Quelques échanges de politesse avec une poignée d’amis parsemés dans le public (tout juste une quarantaine de spectateurs attentifs), allaient permettre à la timide chanteuse de trouver ses marques.

Pour le reste, l’aperçu du nouvel album était présenté de manière juste, sans aucune fioriture, ni aucune surprise.

Si le visuel est appelé à magnifier les compositions du groupe sur scène dans un avenir proche (notamment le 21 mai prochain dans le cadre des nuits du Botanique), les chansons étaient ce soir présentées dans leur plus simple appareil.

Un dépouillement à fleur de peau qui mérite nettement mieux qu’un éclairage de cantine mais qui offre à entendre la face épurée de compositions savamment mises en avant sur disque de par une production léchée.

Ce soir le groupe déployait encore timidement ses ailes, mais gageons que très vite, ils seront hors de vue, planant loin au-dessus de nos têtes rêveuses.

(Organisation : PiaS)

 

Page 8 sur 22
FaLang translation system by Faboba