• Laval chante l’amour
    Laval chante l’amour Derrière Great Men with No Fear, se cache un seul homme, Frédéric Laval, bordelais de 28 ans et auteur-compositeur désormais…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Bernard Dagnies

Bernard Dagnies

vendredi, 30 octobre 2020 18:29

Trixie Whitley philanthrope…

Trixie Whitley publiera son nouvel Ep ce 13 novembre 2020. Intitulé « Lacuna Re-Imagined » il recèlera 6 nouvelles versions de compos qui figuraient sur son elpee « Lacuna » paru en 2019. Lors des sessions, qui se sont déroulées au sein de son home studio à Brooklyn, elle a reçu le concours de trois invités qui se sont chargés des arrangements à cordes et à vent. Le multi-instrumentiste Stuart Bogie (qui a auparavant collaboré avec Arcade Fire, David Byrne et Run The Jewels) s'est chargé de la section à vent tandis qu'Emily Wells et Topu Lyo de celle à cordes. En attendant, Trixie nous propose un nouvel extrait, qui figurera sur cet Ep. Il s’intitulera « May Cannan ». Tous les bénéfices tirés de ces enregistrements seront reversés à la clinique Callen-Lorde. Située à New-York, ce centre de santé communautaire dispense notamment des soins médicaux à la population LGBTQ désargentée de la ville…

La nouvelle mouture de « May Cannan » est en écoute ici.

 

SOLD OUT

Le mini concert de BLU SAMU le 23.10.2020 à l'Orangerie - assise - est complet !

POUR RAPPEL : RESIDENCES D'AUTOMNE :

Le principe est que nous ouvrons ces concerts à un public limité à l’Orangerie et à la Rotonde en respect des règles strictes de protection de la santé de nos visiteurs. Le prix d’accès est de 10€.

Ces résidences, comme le veut la politique générale du Botanique, accompagnent les artistes pour une présentation à venir dans nos salles d’un nouveau projet, qu’il s’agisse d’une sortie d’album ou de la présentation d’une création.

REPORTS

Le concert de ANDY SHAUF, prévu le 24.10.2020 à l’Orangerie est reporté au 08.05.2021 au Chapiteau.
Les tickets restent valables.  

Le concert de LES MARQUISES, prévu le 12.06.2020 et reporté au 31.10.2020 au Witloof Bar aura lieu le 04.06.2021.
Les tickets restent valables. 

Le concert de MADEMOISELLE K, en coproduction avec Live Nation, prévu le 20.03.2020 et reporté au 07.11.2020 à l’Orangerie aura lieu le 16.06.2021.
Les tickets restent valables.  

Le concert de L DEVINE, prévu le 18.05.2020 et reporté au 20.11.2021 au Witloof Bar aura lieu le 09.10.2021.
Les tickets restent valables.  

Le concert de SÓLEY, prévu le 12.02.2021 à la Rotonde est reporté au 14.11.2021.
Les tickets restent valables.  

Le concert de CARIBOU, en coproduction avec Live Nation, prévu le 30.04.2020 et initialement reporté au 21.01.2021 à l’AB, est reporté à une date ultérieure.
Les tickets restent valables. 

CHANGEMENT DE SALLE

Le mini concert + livestream de CHARLÈNE DARLING du 28 octobre 2020 aura lieu à la Rotonde assise.

ANNULATIONS

Le concert de NIKLAS PASCHBURG, initialement prévu le 29.03.2020 à la Rotonde et reporté au 26.10.2020 à l’Orangerie, est annulé.
Les tickets sont remboursés.

Le concert de BEN WATT, initialement prévu le 22.03.2020 à la Rotonde et reporté au 10.11.2020 à l'Orangerie assise, est annulé.
Les tickets sont remboursés.

Le concert de BOHREN & DER CLUB OF GORE, initialement prévu le 11.11.2020 à l’Orangerie, est annulé.
Les tickets sont remboursés.

NOUVEAU CONCERT

FINALE CONCOURS CIRCUIT
12-12-2020

http://www.botanique.be

vendredi, 23 octobre 2020 17:24

The Vessel

Gianni Marzo est guitariste chez Marble Sounds, Isbells et Ansatz der Machine. Il est aujourd’hui considéré comme le meilleur gratteur en Belgique. Et il nous propose son premier elpee solo. Un disque pour lequel il se réserve notamment toutes les parties de guitare (acoustique, électrique, slide, resonator, mando, Nashville), mais aussi le banjo. Il a cependant reçu le concours de quelques collaborateurs, dont Chantal Acda et Renée Seys aux backing vocals et puis Gerd Van Mulders (bugle, basse), Gaëtan Vandewoude (basse, drums, programmation, etc.) ainsi que Beatrijs De Klerck (violon), des musiciens qu’il côtoie régulièrement au sein des différents groupes qu’il fréquente.

L’opus s’ouvre par l’excellent « Debutant », une plage psyché/atmosphérique luxuriante (steel, banjo, cordes acoustiques et électriques) qui naviguent à la croisée des chemins de dEUS, Flaming Lips et Mercury Rev ; limpide, éthérée, la voix évoquant même parfois Jonathan Donahue. Gianni joue de la sèche en picking sur « Half crazy », une berceuse folk qui bénéficie d’arrangements orchestraux. Lo-fi, mélancolique, « Pine and Fir » évoque plutôt Durutti Column. Imprimé sur un mid tempo par une boîte à rythmes, « High rise » libère des sonorités chaleureuses, ensoleillées. Ce mid tempo pilote également « Leviathan », une plage romantique, traversée par des interventions graciles au violon et dont la mélodie semble s’inspirer de Sophia. Marzo emprunte des intonations à Paddy McAloon (Prefab Sprout) tout au long de « Last stand », un morceau qui s’ébroue dans la country (banjo, steel) puis s’électrifie au fil du crescendo. « Sun cass » bénéficie de superbes harmonies vocales. Les sonorités de cordes sont chatoyantes. Les percus (cymbales) résonnent au loin. Le spectre de Red House Painters plane. Comme la voix de Mark Kozelek tout au long de l’atmosphérique « One day someday », les drums feutrés amplifiant le sentiment de douce mélancolie. Et « Elements » baigne au sein d’un climat fort semblable. Le titre maître clôt le long playing. Légèrement plus enlevé, il se nourrit de sonorités de guitare bringuebalantes… Superbe !

vendredi, 23 octobre 2020 17:20

I’m the stranger

Que de progrès accomplis par Amaury Massion depuis ses débuts au sein d’Attica en 2004 et My TV is Dead, en 2009. Pour son nouveau projet, il a choisi le patronyme de Lylac et « I’m the stranger » constitue son troisième album, un disque pour lequel il a reçu le concours de quelques collaborateurs. Tout d’abord Pierre Vervloesem (dEUS) au mixing et à la masterisation et puis la violoncelliste Merryl Havard ainsi que le violoniste Benoit Leseure. Un choix gagnant car ces deux musiciens apportent une belle palette de nuances aux compos d’Amaury. Parce que minimaliste, la boîte à rythmes, inévitablement, ne peut en apporter. Massion se charge des parties de guitares, dont la pedal steel, et des effets électroniques. Sans oublier le chant. Il sifflote même brillamment sur le morceau d’entrée, « Rebel heart ». Aigrelette, particulière sa voix évoque parfois Thom Yorke voire Neil Hannon. Les compos les plus emphatiques, dont la valse lente « Sisters of Mercy » (Andrew Eldritch y est apparemment étranger !) et « I want you tonight », sont chargées d’un spleen réminiscent de Radiohead, alors que plongées dans un climat cabaret (« We need a change », un morceau imprimé sur un mid tempo), elles rappellent plutôt The Divine Comedy. Car entre ballades et berceuses, le rythme est rarement allègre ; énigmatique, « Dreamers » constituant l’exception qui confirme la règle. Ce qui n’empêche pas cet opus de tenir la route tout en abordant des sujets aussi contemporains que le monde en mutation ainsi que les défis humains et écologiques…

vendredi, 23 octobre 2020 17:14

For you to hide (Ep)

Earl Morbley, c’est le projet de Konstantin Heidler, un des trois membres du groupe viennois Vague. En Autriche, ce multiinstrumentiste jouit d’une solide réputation.

« For you to hide » constitue le premier essai d’Earl Morbley ; un Ep qui s’ouvre par le titre maître. Imprimé sur un tempo métronomique, il se distingue par des hurlements de guitare et des hululements du synthé (à moins qu’il ne s’agisse d’un thérémine). Dommage cette voix légèrement vocodée. Pas une bonne idée, car la suite du long playing révèle un timbre proche de Greg Dulli, mais en moins rauque. Et notamment sur le plus soul et groovy « The night’s alright », une compo qui lorgne vers Afghan Whigs, malgré le synthé aquatique et le peu de guitare. Et on pense de nouveau au groupe originaire de Cincinnati sur « Walk it off ». Konstantin chante en falsetto lors des couplets alors que le piano électrique jazzyfiant est manifestement hanté par feu Ray Manzarek (The Doors) sur cette plage soul imprimée sur un mid tempo métronomique. « The barrel » emprunte les premières mesures à la 5ème symphonie de Beethoven. Elles sont reproduites à la guitare électrique, tournent presque en boucle, et ne sont interrompues que pour virer au rock bien saignant. Le saxophone s’invite sur le slow nighclubbien (NDR : les mauvaises langues diraient crapuleux) « Churn the earth » et « It’s always snowing around me », un titre expérimental qui émarge carrément au free jazz. L’Ep s’achève par l’excellent « Cuddle me », une piste balisée par un riff et un rythme en boucle qui grimpe en intensité électrique, dans l’esprit du Velvet Underground. Très intéressant !

vendredi, 23 octobre 2020 17:12

10 songs

Le mélomane lambda imagine certainement que Travis a disparu des radars depuis un belle lurette et que son nouvel elpee coïncide avec une reformation récente. Pas du tout ! Fondé en 1990, le combo écossais ne s’est jamais séparé, même s’il y a eu du changement au sein du line up ; en outre, il a continué à se produire en ‘live’ et compte aujourd’hui 9 albums studio à son actif. Simplement, depuis 2003, il s’est toujours écoulé un temps certain entre la sortie de ses albums. Son tour premier (« Good feeling ») est d’ailleurs paru 7 ans après sa formation.

Pour enregistrer ce « 10 songs », le band a reçu le concours de Jason Lytle (Grandaddy), du maître de la steel guitar Greg Leisz (il a notamment collaboré aux albums de Ryan Adams, Beck, Eric Clapton, Joe Cocker, Joni Mitchell, Bruce Springsteen, Wilco et la liste est loin d’être exhaustive) et de Susanna Hoffs (Bangles) pour un titre. En l’occurrence « The only thing », une plage enrichie d’arrangements symphoniques, au cours de laquelle elle partage un duo avec Fran Healy. Des arrangements qu’on retrouve sur la ballade romantique classique, « Kissing in the wind ».

La plupart des compos sont construites sur des accords de piano sémillants. Ils sont même martelés tout au long de l’excellent « Valentine », un morceau qui s’ouvre en acoustique avant de virer à une forme d’électricité glamoureuse que n’aurait pas renié Elbow voire Blur. Le meilleur titre de l’opus !

Sans quoi on retrouve la voix mélancolique, parfois un peu gémissante de Fran, ces cordes semi-acoustiques et ce sens mélodique mélancolique qui rendent les chansons de Travis, si familières.

Energique, « A ghost » est hanté (?!?!) par Marcus Mumford, la piste s’autorisant un intermède au cours duquel piano, drums et (contre)basse adoptent un profil jazzyfiant.

Le reste du long playing nous réserve d’inévitables ballades romantiques qui devraient séduire le public féminin, des ballades parfois mid tempo ou encore soulignées de chœurs angéliques, à l’instar de « Nina’s song » ou de « Butterflies »…

Un album plein de charme mais qui nous replonge un peu plus de 20 ans dans le passé…

vendredi, 23 octobre 2020 17:10

Not earth

Etabli à Toronto, David Como, aka Sing Leaf, est à la tête d’une discographie plutôt conséquente, alors qu’il est pratiquement méconnu dans l’univers du pop/rock. « Not earth » serait son quatrième elpee, outre les singles et les Eps qu’il a déjà publiés.

David reconnaît pour influence majeure feus Mark Linkous (Sparklehorse) et l’écrivain et poète américain Richard Brautiga. Ce qui explique sans doute pourquoi, son œuvre mêle éléments pastoraux et surréalistes.

Découpé en huit titres, « Not earh » s’ouvre par le doux/amer « Easy on you ». Bruits étranges s’infiltrent tout au long d’une compo qui repose sur une sèche, dans l’esprit de Devendra Banhart. « Little magic » s’ouvre dans le même climat, puis s’électrifie subtilement au fil d’un morceau, malgré des synthés vaporeux…  Atmosphériques, ces claviers envahissent « Sunshine », une plage bucolique, épurée d’une flûte et dont la guitare ressemble plutôt à un instrument à cordes japonais ou chinois. On pense alors inévitablement à Mercury Rev. Tout comme lors de la piste finale « Out of the dream ». La voix est douce et harmonieuse. Complexes, les couches insufflent une touche enchanteresse au morceau. Ensoleillé, « Forever green » rappelle la douceur pastorale des 60’s ; et le toucher de cordes évoque Davy Graham voire Bert Jansch. Truffé d’effets spéciaux, « Honey eater » se révèle la plage la plus expérimentale. Enfin le baroque « Magnetic » adopte un profil plus électronique. A cause de ces synthés lo fi ou cosmiques et de cette boîte à rythmes, un peu comme si Talk Talk et Eyeless In Gaza avaient eu l’opportunité de bosser ensemble pour développer des expérimentations sur claviers…

vendredi, 23 octobre 2020 17:07

The WRS

Premier elpee studio pour ce trio carolorégien. Découpé en 7 plages, il est éponyme. Le style ? Une forme de garage/punk revisité par le psychédélisme des 70’s. Imprimées sur un tempo sauvage, frénétique, voire tribal, les compos déferlent comme chez les Cramps voire The Experimental Tropic Blues Band. Mais il n’est pas rare qu’elles changent de rythme, parfois plusieurs fois au cours d’un même titre. Et le titre d’ouverture, « Magic powder » en est certainement le plus bel exemple. Une opportunité pour le gratteur d’intégrer ses interventions filandreuses ou brumeuses dans l’esprit d’Iron Butterfly, de Hakwind et surtout de Pink Fairies (NDR : à vos encyclopédies !). Instrumental exotique souligné de quelques chœurs, « Byzance » nous entraîne quelque part en Orient alors qu’incandescent, « Nobody is perfect but you » (près de 9’ quand même !) ondule tout en libérant un fameux groove. Même sans charbon, The WRS est capable d’entretenir le feu…

La grande finale du Concours Circuit se déroulera le 12 décembre au Botanique.

Cette finale est subordonnée à des potentiels changements. La soirée se déroulera devant un public restreint, selon les règles en vigueur.

Les finalistes :

Benni (pop folk)

Tukan (jazz electro)

Jakbrol (hip-hop / electro)

Twin Toes (indie pop)

Pour plus d’infos voir ici

 

REPORTS

Le concert de STEPHANE GINSBURGH - Sergei Rachmaninov Etudes Tableaux op. 33 & 39, prévu le 17.10.2020 au Grand Salon est reporté au 18.05.2021 – NUITS 2021.
Les tickets restent valables. 

CONCERTS SAISON : 

Le concert de OKAMY - STRAZ, prévu le 27.11.2020 à la Rotonde est reporté au 27.02.2021.
Les tickets restent valables.  

Le concert de TORA, prévu le 18.04.2020 au Witloof Bar et reporté au 21.10.2020 aura lieu le 14.04.2021.
Les tickets restent valables.  

CHANGEMENT DE SALLE

Le concert de THE TERMINAL - EGO EGO du 6 novembre 2020 aura lieu à l'Orangerie assise.

ANNULATION

Le concert de KATIE GATELY, initialement prévu le 28.03.2020 au Witloof Bar et reporté au 24 novembre, est annulé.
Les tickets sont remboursés.

NOUVEAUX CONCERTS

YUMI ZOUMA
12-02-2021

CLAP YOUR HANDS SAY YEAH
14-03-2021

WREKMEISTER HARMONIES
29-03-2021

THOMAS DYBDAHL
12-04-2021

GIRLS IN HAWAII
30-04-2021

http://www.botanique.be

Page 1 sur 368
FaLang translation system by Faboba