Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait
Bernard Dagnies

Bernard Dagnies

dimanche, 16 juin 2019 17:21

Act surprised

« Act surprised » constitue le 9eme elpee de Sebadoh et fait suite à « Defend yourself », gravé en 2013. Sur cet opus découpé en 15 plages, le trio est en toute grande forme. L’écriture et le chant sont équitablement partagés entre Lou Barlow et Jason Loewestein, des lyrics qui abordent des sujets aussi divers que l’angoisse face à l’évolution de la société, la dépendance aux drogues dures, l’humanisme et le regret quand ils ne tentent pas d’apporter une réponse aux véritables tourments causés par la politique dans le monde.

Musicalement, la formation affiche une remarquable cohésion pour nous livrer des titres qui oscillent entre la pop, le pop/rock, le rock et le grunge. Un grunge revitalisé, comme sur l’épatant et ténébreux « Vacation », malgré une petite envolée crazyhorsienne, « Get surprised », l’entraînant « Stunned » ou encore « Battery ». Pop, à l’instar de l’allègre « See-saw », de l’hymnique « Fool », de l’élégant « Sunshine » ou encore de « Belief », une chanson qui semble tourmentée par l’esprit du « Blowin’ in the wind » de Dylan. Mais surtout chargés d’intensité, comme sur les morceaux grunge, mais également lors de l’entrée en matière « Phantom », une plage punchy, chargée de groove, au cours de laquelle le batteur, Bob d’Ammico étale toute l’amplitude de son drumming. Puis bien sûr tout au long de « Leap year », dont le titre est répété inlassablement comme un slogan, alors que les éclats de gratte libèrent toute leur acidité. Des cordes qui scintillent de mille feux pendant l’incisif « Follow the breath ». Le long playing nous réserve deux ballades mid tempo plus complexes. Tout d’abord « Celebrate the void », un titre caractérisé par des changements de tempo, puis « Reykjavik », dont la voix rappelle quelque part, celle de Peter Gabriel. Bref un chouette album qui devrait plaire aux mélomanes raffolant de pop/rock bien électrique et mélodique…

dimanche, 16 juin 2019 17:15

Zeppelin over China

Robert Pollard ne fait jamais les choses à moitié. Il vient donc de graver un double album studio réunissant la bagatelle de 32 morceaux en 75 minutes. Auteur de plus de 100 elpees à ce jour (NDR : le 26eme pour GBV), si on tient compte de l’ensemble de ses projets, il aurait ralenti la cadence. Ce qui ne va pas l’empêcher de publier un nouvel opus, en février 2020, dont il a déjà choisi le titre, « Street party ».

Mais penchons-nous sur « Zeppelin over China ». Tout d’abord et c’est une constante, la voix sinusoïdale de Bob évoque toujours autant celle de Roger Daltrey, mais sans grimper aussi haut dans les octaves. D’ailleurs quelques plages (l’enlevé « Wrong turn on » et l’hymnique « My future in Barcelona », au cours duquel son esprit tordu imagine sa retraite lointaine) rappellent carrément le « Tommy » du Who. Mais pas seulement. Faut dire qu’en 32 pistes, il y a de quoi varier les plaisirs. Plusieurs plages sont enrichies d’arrangements de cordes et même de cuivres (la valse lente « Vertiginous Rafts »), des arrangements qui communiquent alors souvent un profil prog à l’expression sonore ; et c’est particulièrement flagrant tout au long de « The hearing department » ainsi que « Question of the test ». Et puis d’autres baignent dans le groove metal yankee (Prong ?), comme « Blurring the contacts », « Holy rhythm » et même « Carapace », dont le riff rythmique et hypnotique semble emprunté au « You really got me » des Kinks. Précision, le line up implique deux ou trois sixcordistes, selon les morceaux. Punk, « Where have you been all my life » est attaqué dans l’esprit… d’Ed Kuepper, alors que le légèrement psyché « Cold cold hands » réserve des harmonies vocales hantées par David Byrne. Interprété au piano, et enrichi d’arrangements de cordes, « Enough is never at the end », nous entraîne dans le cabaret tandis que « Jam Warsong » adopte le rythme du boogie bolanesque. On épinglera encore des titres semi-acoustiques et des compos plus pop, dont celle qui bénéficie d’une superbe mélodie, « Everything thrilling ». Enfin, c’est Travis Harrison qui s’est chargé de la mise en forme et tout particulièrement de ces fameux arrangements de cordes, apportant à la musique fondamentalement lo-fi de Guided By Voices, une dimension plus majestueuse…

dimanche, 16 juin 2019 17:07

Stuffed & ready

Clementine Creevy a encore fait le ménage dans son groupe, puisqu’après le remplacement de       Sean Redman en 2015, et Hannah Uribe, l’année suivante, c’est au tour de la claviériste, Sasami Ashworth, de se faire la malle. C’est donc sous la forme d’un trio guitare/basse/batterie que le quatrième elpee a donc été enregistré. Un invité quand même : Delicate Steve, qui vient donner un bon coup de gratte sur « That’s not my real life ». Musardant quelque part entre les univers de Hole, Blood Red Shoes et des Breeders, le garage/punk/pop de Cherry Glazer est bien électrique (cordes tour à tour chatoyantes, tintinnabulantes, grésillantes, atmosphériques, turbulentes ou frénétiques), même si la mise en forme est nettement plus sophistiquée que sur l’album « Apocalipstick ». Le drumming est subtil mais efficace, les harmonies vocales sont limpides et soignées, alors que la voix de Clementine évoque souvent celle de Mylène Farmer, sauf sans doute sur « Stupid fish », où on a l’impression qu’elle pousse des miaulements. Percutants et sujets à polémique, les lyrics traitent aussi bien de questions politiques, sociales que personnelles, à l’instar de « Wasted man », une compo qui fustige la misogynie, fruit d’une masculinité toxique…

dimanche, 16 juin 2019 17:01

Trash Glamour

« Trash Glamour » constitue le premier opus de Beechwood. Gravé en 2014 sur une cassette et alors disponible via téléchargement, il vient d’être réédité sur un compact disc, dont l’artwork de la pochette est signé par l’artiste Polina Skoch. Au cours de l’été qui a précédé les sessions, Gordon Lawrence et Isa Tineo ont écouté quasiment en boucle le « Raw Power » des Stooges et « Exile on main street » des Rolling Stones. Une mise en condition qui inévitablement va influencer l’enregistrement de cet essai –immortalisé dans une cave– à l’aide d’un seul micro, tout au long duquel ils ont été accompagnés d’amis et de filles et ont consommé des drogues et de l’alcool. A l’époque, Sid Simmons, le bassiste, ne faisait pas encore partie de l’aventure…

Bref, si on reconnaît bien la patte de Beechwood, les conditions d’enregistrement rudimentaires rendent l’ensemble un peu monocorde. D’autant plus que la plupart des compos sont sculptées dans un rock’n’roll/garage groovy, âpre et corrosif. Outre les références susvisées, le spectre des Troggs rôde tout au long de « (I’m your) other man » et de Kurt Cobain sur « Run away », un morceau qui aurait pu paraître sur une compile de démos consacrée à Nirvana, après le décès du mythique guitariste. Deux plages augurent déjà les albums « Inside the flesh hotel » et surtout « Songs from the land of nod », le tendre « Milk » et le lo-fi « Beach blonde », une compo à la jolie mélodie, signée par Isa Tineo. Enfin, le noisy « Don’t walk away » lorgne vaguement vers Jesus & Mary Chain…

16.09.19 | Commander des tickets
Celeste
25.09.19 | Les préventes démarrent le ven. 14.06.19
Joe Armon-Jones
17.10.19 | Commander des tickets
Ezra Collective
28.10.19
IBE (extra matinee-concert)
19.11.19
Whitney
21.11.19
Europalia Romania: Taraf De Impex & Fanfare Ciocărlia
28.11.19
Europalia Romania: Karpov not Kasparov & Deathbycoconut
05.05.20
Fatoumata Diawara
27.05.20
Pat Metheny Side Eye


http://www.abconcerts.be

 

Les gagnants sont

Cyril Lognoux
Zoe Driessens

La 16ème édition du Park Rock festival se déroulera les 14 et 15 août 2019 au sein du parc communal de Baudour. Le mercredi 14 août, dès 18 heures, il s’ouvrira par la 2ème Park Rock Tribute Night, au cours de laquelle se produiront les covers bands Ed Hunters, The Guns N' Roses Experience, Gallows Pole, No Class Tribute To Motorhead et Planet Lizzy. Et le lendemain, l’affiche proposera Bukowski, Lys & Steve Hewitt, Eiffel, Fatals Picards, Blond, Z-Band, Black Tartans, Dr.Voy, Stand For et Fitz.

Les organisateurs vous proposent de gagner 2 entrées pour les deux jours du festival.

Comment vous les procurer ? Complétez le formulaire et répondez à la question suivante avant le 31 juillet 2019

Les gagnants seront avertis personnellement et pourront retirer leurs tickets sur présentation de leur carte d’identité à l’entrée. 

Participez

https://parkrockfestival.be/

 

Le Seneffe festival se déroulera ces 20 et 22 septembre 2019. A l’affiche, le vendredi 20, Manau, DJ Daddy K, Mademoiselle Luna, Mister Cover et Pilgrims (cover Queen), le samedi, notamment, Kyo, Tanaë, Mosimann, R.O & Konoba et le dimanche, entre autres, Julian Perretta, Magic System et Allez Allez.

Les organisateurs vous proposent de gagner 2 entrées pour les trois jours du festival.

Comment vous les procurer ? Complétez le formulaire et répondez à la question suivante avant le 5 septembre 2019.

Les gagnants seront avertis personnellement et recevront leurs tickets par e-mail. 

Participez

https://www.seneffefestival.com/

vendredi, 07 juin 2019 18:32

La fièvre sombre de Temples…

Temples publiera son troisième opus ce 27 septembre 2019. Intitulé « Hot motion », il prélude à une tournée européenne pour le début de l’hiver, plusieurs soncerts au cours de l'été et une longue tournée américaine pour l'automne de l’an prochain. « Hot Motion » fait suite à « Sun Structures » gravé en 2014 et « Volcano » en 2017. Le nouvel elpee est annoncé plus sombre. En attendant, le groupe a publié le titre maître en single, une compo doublée d’une vidéo à découvrir ici

Tracklisting

1 Hot Motion
2 You’re Either On Something
3 Holy Horses
4 The Howl
5 Context
6 The Beam
7 Not Quite The Same
8 Atomise
9 It’s All Coming Out
10 Step Down
11 Monuments

 

vendredi, 07 juin 2019 18:27

Le bon goût de Ty Segall

« First taste », le nouvel album de Ty Segall, paraîtra ce 2 août 2019. Il nous y parle de comment et pourquoi nous sommes les maîtres de notre propre destin, les raconteurs de notre propre prophétie, les décideurs de nos propres choix écœurés… Lors de sessions, Ty a eu recours à une panoplie très large d’instruments dont, et c’est inhaubituel, de la flûte, du bouzouki, de la mandoline et des cuivres…

An attendant, pour découvrir la vidéo du single "Taste", compo qui figurera sur cet LP, c’est ici

 

Page 7 sur 343