Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait

K2 Tags

Souvenir, souvenir !

Écrit par Patrizia Firrera
Souvenir, souvenir ! {"image_intro":"images/concert/2009_06/cornell_chris_2009_06_03.jpg"}

Si vous avez connu la vague grunge qui a sévi au cours des 90’s, vous avez certainement toujours en mémoire des groupes comme Alice In Chains, Nirvana ou Pearl Jam. Nostalgie, nostalgie ! Issu du même mouvement, Chris Cornell s’est également illustré comme leader de Temple Of The Dog et puis surtout de Soundgarden (NDR : bien avant de fonder Audioslave). Au cours d’une agréable soirée entre amis, on se surprenait même alors à fredonner « Black Hole Sun» ou « Spoonman », en s’accompagnant –pourquoi pas– d’une bonne vieille guitare. C’est sous le ciel étoilé de l’ABBox, que Bruxelles accueillait donc cette si célèbre voix du rock. Et pourtant, la salle était loin d’être pleine. Faut croire que les anciens fans n’ont toujours pas fait le rapprochement entre la carrière solo de Cornell et son illustre passé. N’empêche, ce soir, il y avait de l’ambiance…

Il faudra un petit quart d’heure pour que les musiciens trouvent leurs marques. Le temps d’interpréter « Part Of Me » et « Time », deux morceaux plus récents de Cornell. Et puis, surprise, Timbaland entre en scène. Enfin, plus exactement, prend le contrôle des manettes. Le beat est lancé. De quoi déconcerter les rockers purs et durs. Néanmoins, le doigté très caractéristique de ce producteur à gros succès confère à la voix enivrante et sensuelle de Chris, un feeling nouveau, plus contemporain. Et finalement pas du tout désagréable à l’oreille. Mais le set ne va pas se cantonner uniquement dans ce style, heureusement. Nous faisant même revivre les débuts de Soudgarden », vécus en 1984 et nous invitant à partager ses multiples expériences sonores. A l’instar de « No Such Think ». Et puis du célèbre « You Know My Name » (NDR : bande originale du film « Casino Royal »), qui fait un véritable tabac. De quoi timidement, mais réellement commencer à réveiller les troupes. Cornell est vêtu tout simplement d’un sweater blanc et d’un jeans. Je jette un rapide coup d’œil autour de moi : le public semble toujours aussi scotché. Une version rock/blues de « Billie Jean » déclenche un frisson de ravissement. Le public apprécie. L’artiste met ses tripes au service de ses compos, il donne le maximum de lui-même ; et sans pudeur, invite les aficionados à partager ses émotions. Ce n’est pas du grand spectacle ; juste une passion musicale authentique qu’il cherche à communiquer à ses fans. Et la suite va enfin faire trembler les murs. Les vibrations de Soundgarden et d’Audioslave s’amplifient. La poudre s’enflamme. Les guitares électriques deviennent graves. Les drums accélèrent. Les musiciens déménagent sur toute la largeur du podium. Et l’audience jouit de ce retour aux sources. Plus de chichis. Du rock, du vrai, du tatoué ! L’audience entre en communion et se défoule. Enfin du piment à ce concert ! Les extraits des elpees « Pretty Noose » et « Gasoline » embrasent littéralement la foule. Avec en point d’orgue : « Scream ». Malgré la puissance du son, la voix de Chris Cornell passe bien la rampe et ne montre aucun signe de faiblesse. Retour au calme. Et à des mélodies plus douces. Un solo de guitare acoustique balaie le remarquable « Fell On Black Day », « Can’t Change Me » ou encore « Like A Stone ». On en a des frissons. Un moment de pur bonheur que la foule ne tardera pas à partager en reprenant les paroles en chœur. Et cette session intimiste s’achève par « Long Gone », une plage issue de son dernier album.

Nouveau coup de boost au tempo. Sans pour autant négliger la sensibilité mélancolique des mélodies. Faut dire qu’elles glissent constamment du côté paisible à celui obscur de la force… Les musiciens ont repris leur place pour attaquer « Cochise », une compo issue du répertoire d’Audioslave. Et « Watch Up » clôt ce chapitre particulièrement intense. Laissant la place à celui des reprises de classiques (NDR : parfois un peu délirantes). Au menu : Jimi Hendrix ; et puis surtout U2 pour une inoubliable cover de « Sunday Bloody Sunday ». L’imagination semble au pouvoir. Et les musiciens prennent un certain plaisir à nous la faire partager. Par contre, on aurait aimé assister à un duo entre Chris et Eddie Vedder pour interpréter « Hunger Strike », comme à l’époque de Temple of The Dog. On aurait ainsi eu droit à la cerise sur le gâteau. Mais cessons de rêver, car « Spoonman » va rapidement nous faire oublier ce petit détail. La foule est à nouveau déchaînée. Les têtes s’agitent de haut en bas. Les musiciens se réservent chacun un petit solo. L’énergie libérée est à son paroxysme. L’assistance en redemande. Tous les bras sont levés. Acclamation indescriptible ! 

Après deux heures de représentation, la voix de Chris commence à se fatiguer. Aussi, on n’aura droit qu’à un bref rappel ! Incluant notamment « Seasons ». De quoi raviver dans notre mémoire, le souvenir de ces sessions ‘unplugged’ diffusées par MTV, au cours des 90’s. Et puis avoir une pensée émue pour Kurt Cobain et Layne Staley (NDR : l’ancien chanteur d’Alice In Chains) qui nous ont quittés prématurément. Celles et ceux qui ont vécu cette symbolique vague du grunge, ont certainement dû, avoir un petit pincement au cœur… Seule la présence de Timbaland, responsable de la mise en forme du dernier opus de Chris, « Scream », nous a rappelé que nous étions bien en 2009…  

Organisation Ancienne Belgique

Informations supplémentaires

  • Band Name: Chris Cornell
  • Date: 03-06-2009
  • Concert Place: Bruxelles
  • Concert City: ABBox
Lu 610 fois