Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Se connecter

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait
Stéphane Reignier

Stéphane Reignier

lundi, 11 novembre 2019 17:23

Mathias Malzieu fort comme un chêne…

Le premier single extrait du futur album de Dionysos, « Surprisier », s’intitule « Le chêne ». Ce titre marque un retour au pop rock énergique qui a fait la marque de fabrique du groupe. Le texte poétique de Mathias fait référence aux personnages de son dernier livre « Une Sirène à Paris » sur le thème de la naissance.

Surprisiers, ceux dont l’imagination est si puissante qu’elle peut changer le monde, du moins le leur, ce qui constitue un excellent début. Telle est la ligne de conduite du nouvel album de Dionysos.

Une sirène, Paris sous les eaux, un chêne sous la neige, un chat prénommé Johnny Cash, un crooner de salle de bain, un livre magique. Des vinyles. Du rock’n’roll. Beaucoup de rock’n’roll. Une histoire. De l’amour. Beaucoup d’amour.

Le 28 Février, Mathias Malzieu et son groupe Dionysos révèleront la magie des « Surprisier » à travers un nouvel opus qui vous embarquera en voyage à bord de la péniche magnifique du Flowerburger.

Découvrez le clip « Le chêne » ici 

lundi, 11 novembre 2019 17:19

Un double album pour Coldplay…

Coldplay Publiera son huitième album studio, « Everyday Life », ce 22 novembre. D’une dure de 53 minutes, il comprend deux parties baptisées 'Sunrise' et 'Sunset'.

« Everyday Life » a été produit par The Dream Team et bénéficie de featurings, dont ceux de Stromae, Femi Kuti, Tiwa Savage et Jacob Collier.

Le groupe a déjà dévoilé deux nouveaux titres « Orphans », à découvrir ici et « Arabesque », .

Pour le visuel de l’album, Coldplay a retrouvé dans ses archives une photo datant de 1919. On y voit le groupe auquel appartenait l’arrière-grand-père du guitariste Jonny Buckland.

 

 

Quand le batteur des Fatals Picards, le groupe de rock le plus drôle de l'hexagone, nous prouve que l'on peut cogner aussi fort sur sa batterie tout en chantant avec douceur.

Il nous révèle alors cette passion pour la bossa nova et nous entraîne dans sa Saudade aux côtés de Tom Jobim, Joao Gilberto, Vinicius de Moraes...

Sur les traces d'Henri Salvador, Jean-Marc & A Banda nous proposent 8 tubes incontournables et 3 compositions originales, sans aucune concession, 11 plages qui figurent sur un album brut et organique

Ce n'est pas du jazz, pas de la world, mais des compos juste comme le souhaitaient les pères fondateurs de la bossa ; c’est-à-dire, des chansons populaires.

Le clip de « La rua Madureira » est à découvrir ici

lundi, 11 novembre 2019 17:16

Une gonzesse en cavale…

1971, dans une chambre poussiéreuse du Chelsea Hôtel, derrière un écran de nicotine, Patti Smith et Sam Shepard grattent des morceaux de papier qui deviendront bientôt la sulfureuse pièce « Cowboy Mouth ».

Au centre de cette histoire de motels et de guitares électrisantes, le personnage de Cavale surgit, éblouit, comme l’évidence d’un coup de foudre.

En 2019, Cavale renaît en amazone des temps modernes et frappe à coups de pop puissante et assumée.

Cavale termine son 1er EP, écrit et produit par la force de son instinct, de son travail acharné et de sa détermination.

Ce dernier essai a été enregistré et réalisé à Londres, par Jules Appolinaire (Findlay, Sophie & the Giants, Suki Waterhouse, Wanton Bishop...)

C’est avec une énergie éclatante qu’elle nous invite à plonger dans ses titres sauvages, engagés, et dans ce que l’indie-pop a de plus savoureux.

Cavale c’est l’aventure d’un affranchissement, d’un combat mené la tête haute et le sourire au coin de l’œil.

Le clip est disponible ici

 

lundi, 11 novembre 2019 17:14

Les nouvelles aventures d’An Pierlé…

Vingt ans déjà que la chanteuse-pianiste belge baigne au sein d’un univers alternatif et décalé fait d’harmonies pop-rock mélodieuses et délicates.

Après quelques musiques de séries, films, théâtres et prestations à l’orgue, An Pierlé poursuit ses aventures créatives et jette son dévolu sur le Jazz avec un nouveau quartet créé pour la circonstance…

En 2017, les deux jeunes et talentueux jazzmen Hendrik Lasure & Casper Van de Velde (SCHNTZL, Bombataz) sont venus enregistrer leur premier album éponyme (et acclamé par la critique) sous la houlette du producteur Koen Gisen (le mari d’An) au Studio La Patrie de Gand.

Les fréquentes rencontres dans la cuisine où An Pier leur préparait les repas, les a poussés à jouer de la musique ensemble. Dans la plus simple tradition du jazz, cette collaboration a été baptisée à juste titre An Pierlé Quartet.

Les compositions de Pierlé sont délibérément laissées ouvertes pour laisser assez de place à l’expérimentation et à l’improvisation, mais sont aussi solides, grâce à une réelle constance et aux phrasés des mélodies.

Peu à peu, le quartet compose de plus en plus, à la recherche d’une tension entre chansons pré-composées et à celle –de manière ludique mais sérieuse– de musique aventureuse, réinventant sans cesse des chansons dans l’instant tout en osant leur faire prendre une nouvelle direction.

C’est un travail en perpétuelle construction transi d’un amour pour les belles mélodies et les grooves psychédéliques.

Le quatuor a produit "Sylvia", l'émission théâtrale et cinématographique de Fabrice Murgia acclamée par la critique, grâce à un son jazzy et sphérique, parfois plus violent.

Issu de cet opus, « Imaginary Summer » est disponible ici 

lundi, 11 novembre 2019 17:12

Jeremy Walch recharge ses batteries!

Tout au long de "Battery", Jeremy Walch explore l’énergie de la vie, celle contenue dans une relation amoureuse ou encore de la vie sur terre.

C’est une ode à l’énergie, à tout ce qui vit et qui ne dure pas toujours, tout ce qui est sur batterie. Une lyrics vidéo composée d'images d'archives dans un esprit très ‘DIY’ accompagne le titre.

"Battery" constitue le troisième extrait de « Scarlet », le premier elpee solo de Jeremy Walch, sorti en avril dernier.

Entièrement composé et écrit sur la route, au cours d'un road trip en Australie, l'album réunit 10 titres, explorant les pensées et les ambiances vécues par l'artiste au cours de son périple, quelque part entre les plages, les routes et la folle excitation des villes australiennes traversées à toute allure avec un van baptisé Chippy...

Découvrez l’univers de Jeremy Walch à travers ce clip ici 

« Chocolat », le titre maître du deuxième LP de Romeo Elvis communique à sa façon un message préventif contre la consommation de drogues.

Réalisé par Toni Truand (aussi réalisateur du clip « Malade »), la vidéo met en scène Roméo dans une chocolaterie fantastique à l’image de Willy Wonka dans le film ‘Charlie et la Chocolaterie’. Le clip est toujours dispo ici

En maître des lieux, Roméo accueille donc les jeunes visiteurs en leur interdisant fermement de goûter aux chocolats. Évidemment, les enfants réussissent à manger quelques tablettes en douce…

Les barres de chocolat filmées dans la vidéo existent bel et bien. Roméo a en effet collaboré avec la chocolaterie liégeoise Galler pour confectionner ces gourmandises exclusives distribuées lors des concerts de l’artiste.

Le disque a été certifié or en France et en Belgique ! En novembre, le rappeur entamera une série de concerts pour son Chocolat Tour. Il se produira notamment le 26 mars 2020 à l’AccorHotels Arena (Paris).

Tunisienne de naissance et New-yorkaise d’adoption, Emel Mathlouthi à publié l'album "Everywhere We Looked Was Burning", ce 27 septembre dernier.

La majorité des titres sont interprétés en anglais, une langue qui s'est imposée à elle quand elle s’est installée à New York, où elle a découvert la poésie très imagée de Rainer Maria Rilke et T.S Elliott et a repensé à la place importante prise par le rock et le folk durant son adolescence. Elle loue une maison à Woodstock et commence à écrire en s’inspirant de la nature ainsi que de la beauté et des luttes de notre époque.

Pour ce nouvel opus, elle a reçu le concours d’une pléiade de producteurs, dont Steve Moore (Zombi), (LowerDens), Chris Tabron (Beyoncé, Common, The Strokes) et Marta Salogni (the xx, Björk, Frank Ocean) …

L’exemple le plus frappant de ce processus est peut-être le morceau « Merrouh » : un des rares titres en arabe tunisien sur l’elpee s’achevant dans une tempête rythmique générée à partir de samples reproduisant bourrasques, vagues et crépitements de feu.

Issu de cet LP, le clip de « Rescuer » est disponible ici

lundi, 11 novembre 2019 17:00

Les mômes et les enfants d’abord !

Renaud a enregistré un album sur le thème de l’enfance, un thème cher à Renaud, mais qui devrait également parler aux adultes…

Douze chansons inédites écrites par Renaud et illustrées par ZEP.

Ce nouvel opus paraîtra ce 29 novembre 2019.

https://www.renaud-lesite.fr/

lundi, 21 octobre 2019 16:45

Les Wampas, nouveaux messies !

En ce début de 21e siècle, Sid Vicious dirige les Etats-Unis et manifestement, au pays de l’Oncle Sam, c’est l’anarchie. Le climat se réchauffe, les pingouins transpirent, l’Amazonie est en flammes, le prix du beurre augmente et, en plus, il fond. Justement à cause du réchauffement climatique. Heureusement Les Wampas vont sauver le monde ! Il fallait que quelqu’un s’en occupe. C’est eux.

Un ehose est sûre, il faut qu’on le ‘sauvre’. L’ingénieur du son américain Jim Diamond a commis une faute de frappe lors de la transcription de l’enregistrement. On pouvait rêver meilleure solution qu’une coquille pour préserver le nouveau monde. Mais c’est comme ça. Il faudra faire avec. De toute façon, sauver le monde, personne ne sait vraiment comment faire, ni même d’ailleurs ce que ça signifie. Méfiance, donc. « Léonie », le sixième morceau, le rappelle. Un monde vraiment sauvé est un fantasme apocalyptique : ‘Quand l’Agneau ouvrit le septième sceau, il y eut un silence d’environ une demi-heure » (Apocalypse 8 :1)’. Et cela finit toujours à coups de parpaings…

Les Wampas sauvent donc le monde, mais à leur manière.

Tout en restant indéboulonnablement fidèles au punk, ils ont l’intelligence de continuer à questionner leur époque et de rester ‘résolument modernes’ (Rimbaud). Ils ont donc le bon goût de nous épargner le militantisme politique donneur de leçons ou la redite stérile des postures punk des années 80, même si Pernety s’autorise trois minutes de nostalgie.

Les Wampas persévèrent, donc. Et c’est ainsi qu’ils sauvent le monde, au moins quelques minutes, à chaque morceau. Au bout du compte, ça fait quand même un monde sauvé pendant plus de 40 minutes. Les Wampas osent être ce qu’ils sont et vivent ce qu’ils veulent être. C’est pourquoi ils sont punks. C’est aussi pourquoi ils sauvent le monde et sont des héros. Car comme le disait Maurice Merleau-Ponty, le chanteur des Spirit of Phénomenology : ‘Seul le héros vit jusqu’au bout son rapport au monde et aux hommes’...

Découvrez « C’est politique » ici 

Page 1 sur 74