• Blanche et les gilets jaunes
    Blanche et les gilets jaunes Les récents mois ont ébranlé fortement Mathieu Miegeville. Ce qui s’est produit socialement en France a été d'une grande violence.…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait

Alcatraz 2017 : vendredi 11 août

Écrit par Fredde Lambrecht (Trad : Pierre Vangilbergen)

Pour fêter son dixième anniversaire, les organisateurs du festival Alcatraz avaient mis les petits plats dans les grands. Et ils peuvent être fiers du résultat. Ce jubilé méritait donc d’être célébré dignement. Et ce sera le cas. D’abord, il s’est étalé sur trois au lieu de deux jours ; la journée du vendredi a ainsi permis de découvrir quelques groupes intéressants. Et puis, le site a accueilli un nouveau chapiteau. Baptisé ‘Swap stage’, sa configuration est judicieuse ; et il a vu défiler, à mon humble avis, les groupes les plus brutaux du festival. Mais pas de chevauchement entre deux concerts. Les formations successives ne se produisent jamais au même moment. C’est suffisamment pertinent pour être souligné. Enfin, un service de location de tentes de camping a permis à celles et ceux qui n’avaient pas le loisir de rentrer à la maison ou qui n’étaient plus en état de regagner leurs pénates, de les dépanner. Une bonne initiative !

Ce vendredi, votre serviteur est retardé par ses obligations professionnelles. Heureusement, la route est cool et l’accès au parking facile d’accès. Ce qui va permettre d’assister à la seconde partie du show de Krokus. Au cours duquel le band va se fendre d’une cover de Neil Young, « Rockin’ in the free World ». En m’informant auprès des collègues, il appert que le combo a également repris une autre compo, le célèbre « American Woman » du Guess Who, un titre qui dans sa version originale, était purement savoureux…

La musique de Denner/Shermann n’est pas vraiment ma tasse de thé. En outre, je n’ai pas pris le temps de jeter une oreille à son premier elpee, « Masters of Evil ». Néanmoins les covers de Mercyful Fate marquent un maximum de points ! Pour gouverne, Michael Denner et Hank Shermann figuraient au sein du line up originel du band à King Diamond. Ce qui explique le choix des morceaux…

La soirée s’achève par le set d’Udo Dirkschneider, mieux connu pour avoir été le chanteur d’Accept. Et tout comme au Graspop, la setlist a réuni les meilleurs morceaux de ce mythique groupe allemand. De toute évidence, cette sélection de la quintessence de son répertoire a une nouvelle fois mis le feu aux planches. “Starlight”, “Princess of the Dawn” et “Metal Heart”, sans oublier, évidemment, les incontournables “Fast as a Shark” et “Balls to the Wall” vont se révéler de véritables tueries…

Organisation : Alcatraz Music + Rock Tribune

Voir aussi notre section photos ici  

 

Lu 678 fois