• Inscriptions LOUD 2019
    Inscriptions LOUD 2019 L'appel à candidature pour LOUD est en ligne ! LOUD est un dispositif d'accompagnement biennal coordonné par Court-Circuit. Le but…

Langues

Mots-clés

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait

Nos partenaires

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 80

Open’er 2018 : vendredi 6 juillet

Écrit par

Ce vendredi la Belgique a rendez-vous avec l’histoire. Et pour cause, dans le cadre de la coupe du monde de football, ses Diables Rouges affrontent le Brésil, en quart de finale. Et il faut à la fois féliciter et remercier les organisateurs, qui malgré l’élimination prématurée de ses Aigles Blancs, ont quand même déployé un écran géant sur le site. Ce qui va nous permettre de commencer la journée par la rencontre Uruguay-France tant sur le plan football que musical (NDR : la rime est approximative).

Les Français et Belges qui se sont déplacés à l’Open’er, lors de cette édition, sont plus visibles, aujourd’hui. Et pour cause, ils portent les couleurs ou la vareuse de leur équipe nationale. Ce nombre semble en augmentation constante, même si on est encore loin de la fréquentation francophone au Sziget ou Balaton Sound, par exemple. Il existe encore une grande marge de progression, mais pour amplifier le phénomène, il faudrait cependant que davantage de médias étrangers s’y intéressent… 

Votre serviteur débarque à la fin du set de Kali Uchis. Dans un style r’n’b, la belle Américo-colombienne se dandine à la manière d’une Béyoncé ou de sa petite sœur Solange. Agée de 24 printemps, elle est plutôt jolie. Et sa voix est aussi lascive que son physique. Sans être un aficionado du genre, sa musique reste agréable à écouter (NDR : qui a dit à regarder ?) Son spectacle me fait penser à celui de  M.I.A., accordé un an plus tôt, mais s’y on y ajoute des touches ethniques ou world, si vous préférez, et un zeste de rock…

Il est 18h, la France s’est imposée face à l’Uruguay. L’euphorie des Bleus est palpable sur la plaine, face à l’écran vidéo. Mais aussi sous la Tent stage où se produit La Femme. La formation était sans doute informée du score, car elle s’est livrée à fond, sur les planches. Le décor est sombre. Les six musicos sont vêtus de perruques et fringues kitsch. Les singles déferlent tels des tirs au but convertis à chaque reprise. A l’instar de « Sur la planche », « Où va le monde » ou du final explosif « Anti-taxi ». Sacha n’hésite pas à opérer des incursions dans le public et à y jumper même. Les pogos se déclenchent (NDR : assez rares dans ce festival vu que la foule se masse toujours aux premiers rangs). Bref le temps d’un concert on se remet à fredonner dans sa langue maternelle (NDR : le refrain ‘prends le bus, prends le bus’) et à se sentir un peu chez soi. Et après avoir accordé un concert en demi-teinte, lors du Brussels Summer Festival, en août 2017, les Basques (la plupart sont originaire de Biarritz) ont cette fois-ci brûlé les planches et (re-)fait honneur à sa réputation de groupe tendance (NDR : bien que très décalé par moment).

Retour sur la Main stage pour une (soi-disant) valeur montante du rock : Kaleo. Soutenue par une certaine presse suite à sa nomination comme ‘Best Rock Performance’, lors de l’édition 2017 des Grammy Awards, cette formation islandaise rencontre un certain succès, au sein de son pays natal, depuis quelques années. Elle a d’ailleurs participé à l’‘Iceland Airwaves’ de Reykjavik. Mais depuis, elle a décidé d’émigrer à Austin, au Texas. Et c’est là que sa carrière a véritablement commencé à décoller. Si les riffs sont bien rock, la musique est surtout influencée par le folk et le blues yankee. Malheureusement cette expression sonore n’atteint jamais l’intensité de celle dispensée par Jack White, pour finalement s’enfoncer dans un style stéréotypé à la Kings of Leon. A l’instar du set proposé ce soir. On verra maintenant si le band choisit le succès mainstream comme le prétendent les bookmakers musicaux ou décide d’en revenir à ses racines…

Et puis… et puis, il est déjà 20h, place aux… Diables Rouges et à leur exploit face au Brésil. Une bonne vingtaine de Belges (dont votre serviteur) ont la liberté de bondir de joie. On est certes loin de la vidéo impressionnante de la foule en liesse, immortalisée à Werchter, au même moment, mais on est ravi d’avoir pu vivre ce match depuis le site du festival.

De quoi enfiler quelques bières avant de se diriger, tout feu tout flamme, vers la Main stage où est programmé Gorillaz. Autant Kaleo ne nous a pas vraiment convaincu, autant la bande à Damon Albarn va confirmer toutes les attentes placées en elle. Malgré son statut d’irrésistible showman, Damon semble cerné et sa voix un peu fatiguée. (NDR : peut-être que ce grand fan de football arrose-t-il un peu trop chaque victoire de l’Angleterre ?) Quoi qu’il en soit, il bénéficie du concours de six choristes, installées sur une estrade, à l’arrière gauche (NDR : rien à voir avec le football !) Et elles sont infatigables. Visuel, le spectacle nous réserve, bien évidemment, des projections vidéo semblables aux clips qui mettent en exergue des montages entre personnages d’animation et réels, comme dans le cartoon, ‘Roger Rabbit.’ Un show qui ne rencontre pas vraiment de temps mort. Un peu comme si un juke-box alimentait en continu ses singles, dont « Humility », « On melancholy Hill », « Feel Good Inc. », « Kids with guns » ainsi qu’en final, « Clint Eastwood ». Au cours du show, de multiples guests font leur apparition. A l’instar de la rappeuse anglaise Little Simz, du chanteur de jazz et gospel Peven Everett ou encore de Romye Robinson (aka The Phacyde). Tous viennent délivrer des assists à un Damon Albarn qui peine un peu à conclure. Mais quoiqu’il en soit, Gorillaz remplit son rôle de tête d’affiche ce soir, même si son centre-avant cherchait son second souffle…

(Organisation : Open’er)

 

Informations supplémentaires

  • Date: 06-07-2018
  • Festival Name: Open’er
  • Festival Place: Kosakowo Airport
  • Festival City: Gdynia
Lu 449 fois