Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Se connecter

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait

Tricky Vire Sa Cuti

Écrit par Didier Stiers

Dans la foulée d'une prestation plutôt dure et métallique au récent festival de Dour où le bonhomme précédait Ben Harper, Adrian Thaws, alias Tricky, soigne sa rentrée en sortant ‘Juxtapose’, un disque qui porte plutôt bien son titre. S'il reste un rappeur dans l'âme, l'ex-Wild Bunch s'ouvre quelque peu musicalement, s'éloignant d'autant du trip hop, style fourre-tout dans lequel il avait été un peu vite rangé. Coup d'oeil sur son passé, et preview sur son actualité...

Né le 1er janvier 1964 à Bristol, Tricky a toujours eu le rap pour fond de commerce. A ses débuts, il faisait d'ailleurs partie des Wild Bunch, un groupe de Bristol d'où émergera, quelques années plus tard, Massive Attack. Son histoire est d'ailleurs intimement liée à celle du trio puisque c'est lui qui joue les rappeurs sur cet album incontournable qu'est ‘Blue Lines’ (92). Un an après sa sortie, Tricky se lance également dans une carrière solo qui démarre par un premier single, ‘Aftermath’, paru en 93. C'est aussi à cette époque qu’il rencontre Martina, laquelle prêtera sa voix délicate à de nombreux titres.

Ze Prophet

Son contrat d'artiste, signé en 94, prévoit une clause selon laquelle il est libre de travailler sous divers pseudos. Sous celui de Starving Souls, il s'offrira par exemple un ‘I Be The Prophet’... prophétique. Deux autres nouveaux singles voient le jour cette année-là aussi, ‘Overcome’ et ‘Ponderosa’. C'est au printemps de l'année suivante que ‘Maxinquaye’, le premier album, débarque chez les disquaires. Entre-temps, il aura une fois de plus collaboré en compagnie de Massive Attack sur ‘Protection’. Par ailleurs, le bonhomme multiplie les remixes, travaillant notamment pour Björk, Whale et Luscious Jackson ou, plus tard, Garbage, Yoko Ono et Elvis Costello. Au passage, il se fend d'un ‘duo’ avec les rappeurs hardcore de Gravediggaz.

Au Ciné

En février 96, Tricky s'offre une série de vrais/faux duo, avec Terry Hall, Björk, Neneh Cherry et Alison Moyet, le temps d'un album pompeusement intitulé ‘Nearly God’. Il quitte également l'Angleterre pour aller installer ses quartiers à New York où il rejoint une série de rappeurs inconnus du grand public. L'appel de l'underground... Très peu inactif, il en tire un Ep, ‘Grassroots’, puis se remet au travail sous nom, un travail qui aboutit, en novembre de la même année à ‘Pre-Millenium Tension’, un opus qui ne fait, une fois de plus, pas tout à fait l'unanimité. Il faudra ensuite attendre deux ans avant de pouvoir se glisser le suivant, ‘Angels With Dirty Faces’, dans l'oreille... Et de découvrir, presqu'en autant de temps, un Tricky acteur. Pour le compte de Luc Besson, il est en effet l'un des ‘méchants’ du ‘5ème Elément’.

Raplapla

Quelques lignes dans la presse se font l'écho de la mauvaise passe qu'il traverse. Il n'a pas apprécié les critiques qui ont accueilli ‘Angels With Dirty Faces’ et ne s'est pas gêné pour le faire savoir à l'un ou l'autre journaliste, copieusement insulté. C'est finalement à Miami, en compagnie de DJ Muggs qu'il va retomber sur terre. "Je ne suis jamais autant sorti de ma vie qu'à ce moment-là", raconte-t-il. "Et la population locale compte pas mal de jolies nanas qui se sont intéressées à moi. C'est en pensant à une Cubaine que j'ai écrit ‘She Said’". Un titre au beat latin, mais violent...

Et Martina?

‘Juxtapose’, pour lequel il compte marquer 1999, porte bien son titre, disions-nous. "Le concept était de créer une sorte de musique hybride à partir de celles que j'aime", tient-il à préciser. "Et si c'est pour le hip hop de Rakim ou de Chuck D que je me suis le plus passionné, j'ai écouté de tout depuis très jeune". Cette nouvelle plaque marque un radical changement dans sa manière de travailler. Lui qui avait toujours été seul aux commandes de ses projets musicaux s'est cette fois ouvert à d'autres producteurs. C'est ainsi que les ‘credits’ renseignent DJ Muggs, de Cypress Hill, mais aussi Grease, déjà aux manettes pour DMX ou encore Mad Dog, le rimailleur issu du London Posse. Autre surprise, l'éviction de Martina, la voix féminine des titres du passé, au profit d'une petite nouvelle, prénommée Kioka: "Nous avons décidé qu'elle se consacrerait entièrement à son album solo", explique Tricky.

Déjà le top?

Musicalement parlant, l'évolution est notable. Le style inimitable du rappeur, bande-son rêvée pour un bon vieux film d'horreur, se cogne ici à la pop, aux rythmes et aux percussions latino, au raggamuffin et aux guitares acoustiques. La tension, omniprésente sur une marche funèbre comme ‘Wash Away’ ou dans la ritournelle de piano de ‘Luv’ qui n'est pas sans rappeler John Carpenter, éclate parfois en gros riffs bien saignants. Globalement plus accessible, ‘Juxtapose’ séduira ceux qui ont apprécié ‘Maxinquaye’, d'autant que la nouvelle vocaliste de l'équipe possède des inflexions de voix qui ne feront pas oublier celle de Martina. La presse semble cette fois avoir fait volte-face: ‘Tricky a enregistré l'album de sa carrière’, peut-on déjà lire un petit peu partout. Chez nous, il sort le 14 août...

Interview parue dans le n° 75 du magazine Mofo de juillet/août 1999.

Informations supplémentaires

  • Band Name: Tricky
  • Date: 31-08-1999
Lu 602 fois