Mots-clés

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait
Stéphane Reignier

Stéphane Reignier

mardi, 15 septembre 2015 21:02

Un Hippocampe Fou dans le ciel…

« Céleste », c’est le nouveau single du dernier album d'Hippocampe Fou. Il sortira ce 25 septembre. Pour écouter ce single, c’est ici

 

 

 

 

mercredi, 31 décembre 2014 16:49

Les feux d’artifice

Né le 30 juillet 1971 à Échirolles (Isère), Calogero Maurici est né au sein d'une famille d'origine sicilienne.

Ce fils d’ouvrier s’intéresse très tôt à la musique. Lui, son frère Gioacchino et un ami d’enfance partagent un goût immodéré pour la scène, et fondent Charts. Le groupe publiera cinq albums en dix ans !

Le succès commercial n’est pas véritablement au rendez-vous. La motivation des uns et des autres s’estompe. Ils se séparent en 1998. 

Le chanteur à la voix cristalline, référence à la transparence, la sonorité et la pureté, se lance alors dans une carrière solo. Pour notre plus grand bonheur !

Une flopée de tubes plus tard, tels que « En apesanteur », « Aussi libre que moi », « Tien an men », « Prendre racine » ou encore « Face à la mer », il revient ‘tout feu tout flamme’ en août 2014 pour allumer « Les Feux d’artifice ». Un disque coréalisé par Alan O’Connell. Les textes sont certainement les plus originaux qu’il ait pu recevoir. Les plumes de Marie Bastide (son épouse), Dominique A., Alex Beaupain, Christophe Cirillo et Paul Ecole y sont sans doute pour quelque chose. 

Enregistré entre Paris, Bruxelles et Londres, Calo nous propose douze titres aux influences anglo-saxonnes ; mais qu’il met au service de ce qu’il fait de mieux, à savoir de la bonne chanson française. Et le tout manifeste une finesse artistique rare ! 

L’édition ‘de luxe’ recèle un bonus de cinq titres : trois plages inédites dont l’une a été écrite par Charles Aznavour et deux versions acoustiques des singles « Un jour au mauvais endroit » et « Le portrait ».

Les sujets sont variés et intelligemment interprétés. Son cœur de « Cristal » porte un regard naïf sur le monde. Un petit reproche cependant pour cet elpee : l’absence de fil conducteur.

Pop/rock, fédérateur, « Un jour au mauvais endroit » rend hommage, sans jamais donner de leçons, à Sofiane Tadbirt et Kévin Noubissi. Ces deux adolescents ont été assassinés à Échirolles (Calogero y est originaire) par un groupe de jeunes de la Villeneuve de Grenoble. Les faits datent du 28 septembre 2012 et avaient indigné la sphère politico médiatique. En espérant que le message, fort et symbolique, soit entendu.

Balayant tout objectif mercantile (dixit son interprète), le single a connu un succès bien mérité !

Le chanteur y aborde aussi des thématiques sociétales telles que les familles recomposées (“Le Monde moderne”), l’homosexualité (“J’ai le droit aussi”) ou encore des enfants sans mères (“Le Portrait”, deuxième extrait de l’histoire très émouvante de ce petit garçon dessinant sa mère, que l’on devine décédée, à la craie).

Les gauchers on également ‘droit’ à leur petit clin d’œil à travers « Conduire en Angleterre ». Plus léger, certes, mais tout aussi subtil et touchant.

A l’écoute de ce petit bijou, je me surprends à siffloter, à chantonner… pour ensuite m’embraser rapidement de bonheur et de délectation !

Bref, « Les feux d’artifice » nous laisseront, à tous, des étoiles plein les yeux !

 

vendredi, 12 décembre 2014 00:00

En apesanteur…

Paru le 18 août 2014, le sixième opus de Calogero a été enregistré entre Paris, Bruxelles et Londres (pour la frime, raconte-t-il ironiquement à son public) ; et il est excellent ! Il aborde, dans un langage accessible, certains sujets sociétaux sensibles tels que l’acceptation de soi, la problématique des familles recomposées ou encore les relations mères/enfants… Sa plume n’est pas formatée par les diktats de l’industrie du disque. Elle est acerbe et sagace.  

C’est au Palais 12, à Bruxelles, devant un parterre de fans complètement ‘en apesanteur’ que le chanteur d'origine sicilienne a, le 12 décembre dernier, livré son cœur et dispensé ses riffs de guitare lors d’un show ‘son et lumière’ parfaitement huilé, durant près de deux heures! 

Evitant la surenchère, la discographie du chanteur a bien été revisitée. Le tout dans une ambiance tantôt intimiste, la formule piano/voix exacerbant l’émotion des textes, tantôt hystérique, comme par exemple lors de son interprétation de « Un jour au mauvais endroit », un morceau au cours duquel le public, poings en l’air, encouragé par l’artiste, a clamé haut et fort son indignation face au drame d'Echirolles (banlieue de Grenoble) où deux jeunes adolescents ont trouvé la mort.

Fils d'immigrés et d'ouvriers, le plus gaucher des bassistes (il s’en amuse tout au long de « Conduire en Angleterre ») vient du peuple d’en bas et on se ressent dans son rapport affectif avec son auditoire ! 

Le spectacle a d’ailleurs offert de jolis moments de complicité, comme lors de cette séquence plutôt cocasse au cours de laquelle le public a chantonné le gimmick de « Seven Nation Army » des White Stripes. Calogero a saisi la balle au bond et s’est tout naturellement livré au jeu en balançant quelques notes de basse provoquant l’hilarité du public.

Un très bon concert donc !

 

Page 63 sur 63