Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Newsletter

Restez informé en vous inscrivant à notre newsletter !
Please wait
Bernard Dagnies

Bernard Dagnies

dimanche, 11 août 2019 10:34

Korto

Premier elpee pour Korto, un trio savoyard, mais établi à Lyon, réunissant le drummer Léo Moriaud, le guitariste Marius Mermet et le bassiste Clément Baltassat, ces deux derniers assurant également les vocaux. Première constatation, les 5 pistes de cet elpee sont imprimées sur un tempo enlevé par un drumming, la plupart du temps, particulièrement ample. Les harmonies vocales sont soignées, les cordes de guitare discordantes, chatoyantes ou tintinnabulantes, mais également torturées sur la piste finale, « Oï », malgré sa ligne de basse entêtante et ténébreuse. Bref, tout au long de ce long playing, l’expression sonore se nourrit aussi bien de rock indé, de noisy, de shoegaze, de psychédélisme que de post, space ou kraut rock, trahissant même quelques accents empruntés à la country. Des références ? Motorpsycho, Stone Roses circa « Second coming », Neu ! et même Hawkwind, mais en gommant l’aspect heavy…

mercredi, 31 juillet 2019 16:44

Start clanging cymbals

Si votre serviteur est rétif à tout ce qui est électro ‘tchack tchak boum’ ou ‘pouète pouète’ ainsi qu’aux artistes ou groupes qui s’y convertissent ou en consomment, pour être dans l’air du temps, il reste ouvert à celles et ceux qui y ont recours dans un esprit créatif. A l’instar de ce Wovoka Gentle, un trio londonien qui vient de graver son premier album. Intitulé « Start clanging cymbals », il recèle 13 pistes à la fois expérimentales et mélodieuses. Première constatation, les harmonies vocales sont lumineuses, parfois polyphoniques (« Small victory »), gospel (« Tell ‘Em, Makoto ! » un titre hanté par Mahalia Jackson), aussi limpides que chez les Beach Boys, mais complexes que celles exécutées par Animal Collective (« 1 000 Opera singers working in starbrucks ») voire XTC (« Xerxes ‘19ft », qui bénéficie, en outre de chœurs tribaux assurés par une chorale enfantine). Sophistiqués, les arrangements peuvent se révéler symphoniques. A l’instar de « Oystercatcher », un morceau au cours duquel un violon et un hautbois se libèrent subrepticement, mais aussi une guitare sèche en picking, qui enlumine par ailleurs de nombreuses compos. Et si une trompette free jazz (NDR : celle de Freddie Gavital ») s’invite sur « Punxsutawney Phil », boîte à rythmes, machines judicieusement exploitées et synthés/claviers sophistiqués et/ou en couches s’intègrent naturellement dans un ensemble harmonieux et surprenant. Enfin, non seulement le groupe aborde le sujet de la mort imminente sur « (I saw a bright white light) », mais achève l’opus par le remarquable « Sin Is Crouching At Your Door (Sad Puppy !!!1 !), une plage electro/psyché/folk qui nous plonge dans un univers ‘sydbarrettien’, alors que la voix évoque… Donovan. Une œuvre audacieuse qui devrait figurer parmi les Tops albums de votre serviteur pour 2019.

mercredi, 31 juillet 2019 16:40

It’s real

Compositrice, chanteuse et multi-instrumentiste (guitare, claviers, violoncelle), Mary Timony compte déjà plusieurs projets à son actif. Après Autoclave, Helium, Mind Science of the Mind, The Spells, Green 4 et Wild Flag, sans oublier ses aventures en solo, elle a donc décidé de fonder Ex Hex, un trio qui avait déjà publié un premier elpee baptisé « Rips », en 2014. Et « It’s real » constitue le second opus de la formation. Souvent hymniques, les compos sont découpées dans des riffs binaires, mais par la technique de l’overdubbing, elles sont traversées par des solos bien sentis, parfois tintinnabulants, comme sur l’allègre « Radiate ». Et comme la voix de Mary est légèrement réverbérée, on ne peut s’empêcher de penser à Chrissie Hynde et bien sûr aux Pretenders. Même que certaines pistes nous replongent dans l’univers du glam/rock (The Runaways ?), alors que d’autres baignent dans la power pop, réminiscente de Blondie (« Diamond Dive »), « Another dimension » nous réservant même des harmonies vocales dignes des Spice Girls. Un album agréable à écouter, mais qui manque quand même de relief…

mercredi, 31 juillet 2019 16:36

Sus

Non content d’avoir le sens de l’humour, ce trio lyonnais semble vouloir cultiver l’équivoque. Et il n’en est pas à son coup d’essai. Il a ainsi adopté pour patronyme PoiL, mais également baptisé son cinquième opus, « Sus ». Les elpees « Dins O Cuol », paru en 2011, et « Brossaklitt », en 2014, ont d’ailleurs certainement dû susciter une même polémique. De quoi bien faire rire les membres du groupe dans leur barbe…

Néo prog, excentrique et expérimentale, la musique de ce groupe lyonnais agrège une multitude de styles qui oscillent du math rock à l’électro, en passant par la noisy, le punk, le metal, l’avant-garde (Stockhausen ?), le jazz (Herbie Hancock ?), la prog (NDR : ce moog attaqué à la manière de Keith Emerson !) et la liste est loin d’être exhaustive ; le tout abordé dans l’esprit de feu Frank Zappa. Souligné religieusement par des chants polyphoniques occitans, ses textes sont inspirés par la poésie de Max Rouquette et Théodore Aubanel, vocaux qui font souvent penser au langage ‘Zeuhl’, pratiqué par Magma. Truffé de breaks, arythmique, quand elle n’est pas frénétique, l’expression sonore est à la fois nerveuse et terriblement complexe. Réunissant cinq titres, dont deux plages qui dépassent les 12’, l’album est partagé en deux volets de 20 minutes, comme un vinyle, « Luseta » nous réservant trois premiers morceaux, et « Lou Libre De L’Amour », les deux derniers. Si vous n’êtes pas réceptif à ce type de musique, vous risquez de vous arracher les cheveux. A moins que vous n’ayez la boule à zéro… ce qui n’est pas le cas des trois musiciens, on vous le confirme…

mercredi, 31 juillet 2019 16:34

Rehab Doll (reissue)

C’est à nouveau Jack Endino qui est sollicité pour mettre en forme le premier et seul elpee du band, « Rehab Doll » ; mais il est remplacé au beau milieu des sessions par Bruce Calder, la formation changeant alors même de studio d’enregistrement.

Tout comme l’Ep « Dry as a bone », l’opus a été enrichi de bonus tracks. Ces deux disques, qui font l’objet d’une seconde réédition (NDR : la première date de 1990) figuraient sur une compile, parue en 1990. Huit démos complètent cependant ce nouveau long playing. De quoi rendre les supports suffisamment copieux pour satisfaire les collectionneurs. Mais pas seulement, car pour la circonstance, Jack a parfaitement réussi sa remasterisation. L’album recèle quelques perles comme la cover du « Queen bitch » de Bowie, le titre maître de l’opus, l’excellente plage semi-acoustique « One more stitch » et le blues autant enlevé qu’électrique « Take a dive ». En outre, les autres pistes sont aussi percutantes que soignées, le sens mélodique rappelant même parfois le Floyd circa « A saucerful of secrets ». Un véritable testament, Green River étant considéré comme un des principaux instigateurs du futur grunge, la présence de musiciens qui vont le développer plus tard, n’y étant pas étrangère… 

mercredi, 31 juillet 2019 16:33

Dry as a bone (Reissue)

Patronyme inspiré d’une compo de Creedence Clearwater Revival, Green River est né en 1984 à Seattle. On y retrouve alors le drummer Alex Vincent, les futurs Mudhoney Mark Arm (chant) et Steve Turner (guitare solo) ainsi que Stone Gossard (guitare rythmique) et Jeff Ament (basse), qui vont ensuite rebondir au sein de Mother Love Bone et surtout Pearl Jam. Que du beau monde pour enregistrer un second Ep intitulé « Dry as a bone », mais sans Steve Turner, déjà remplacé par Bruce Fairweather, qui militera ensuite chez Love Battery. Paru chez Sub Pop, ce disque bénéficie alors de la mise en forme de Jack Endino.

Ce disque avait déjà fait l’objet d’une réédition en 1990, mais sous la forme d’une compile impliquant également l’album « Rehab Doll ». C’est donc la seconde, et pour la circonstance, il a été enrichi de bonus tracks. En l’occurrence le premier Ep, des singles ainsi que cinq inédits, parmi lesquels figure une version furieuse du « Ain’t nothing to do » des Dead Boys. Mais malgré la remasterisation opérée par Endino, les morceaux sont toujours aussi bruts de décoffrage et souffrent d’une carence en mélodie. Cet Ep a un intérêt purement historique et ne devrait intéresser que les collectionneurs, Green River étant considéré comme un des principaux instigateurs du futur grunge, la présence de musiciens qui vont le développer plus tard, n’y étant pas étrangère… 

mercredi, 31 juillet 2019 16:30

Dizzy spells

Roxanne Clifford a donc décidé de mettre un terme à l’aventure Veronica Falls. Elle a quitté Londres pour la Californie, où elle a fondé son propre label, Winona. Et en même temps, elle s’est convertie à la synth pop inspirée des 80’s. Après avoir publié trois Eps, elle a gravé un premier album sous son nouveau patronyme, un LP baptisé « Dizzy spells ». Et l’opus démarre en force par « The girls are chewing gum », un titre irrésistiblement dansant. Contaminé par la Chicago House, il a bénéficié du concours de Todd Edwards (Daft Punk), à la mise en forme. Bien que l’artiste expérimente aussi bien les synthés analogiques que de nouvelle génération, le reste de cet elpee, qui navigue entre new wave, avant-pop et italo disco perd, au fil des morceaux, de son intensité. Et malgré la superbe voix de Roxanne, ainsi que quelques interventions à la gratte, apportée, sur deux plages, par Marion Herbain, ex-Veronica Falls, un sentiment de lassitude finit par vous envahir l’esprit… 

samedi, 27 juillet 2019 20:16

Les Pixies dans un nid d’aigle…

“Beneath the eyrie”, c’est le titre du nouvel album des Pixies, qui paraîtra ce 13 septembre 201. Il fera suite à « Head carrier », gravé en 2016. Ce sera le deuxième opus impliquant la nouvelle bassiste Paz Lenchantin. Beneath the Eyrie a été enregistré en décembre au Dreamland, sis près de Woodstock à New York, une église en bois transformée en studio qui a déjà vu passer du beau monde, et notamment, les B-52’s, Buffalo Tom ou encore Cell. En attendant le clip de « Graveyard hill » est disponible ici

La formation se produira en Europe

03/10, Tivoli, Utrecht
04/10, 013, Tilburg
16/10, Forest National, Bruxelles
17/10, Luxexpo, Luxembourg
21/10, Le Liberte, Rennes
19/10 ,  L'olympia, Paris
20/10,  Radiant Bellevue, Lyon

Tracklisting :

In The Arms Of Mrs Mark Of Cain
On Graveyard Hill
Catfish Kate
This Is My Fate
Ready For Love
Silver Bullet
Long Rider
Los Surfers Muertos
St. Nazaire
Bird Of Prey
Daniel Boone
Death Horizon

samedi, 27 juillet 2019 20:13

Sur rails, mais sans soleil…

The Rails est un groupe londonien qui réunit les époux James Walbourne et Kami Thompson. Kami, c’est la fille de Richard et Linda, ainsi que le frère de Teddy. Quant à James Walbourne, il a notamment milité chez Pernice Brothers, Son Volt et The Pretenders et apporté son concours aux tournées de Ray Davies (Kinks). Le couple a donc fondé The Rails, un groupe qui pratique une forme de folk/rock contemporain aux racines insulaires, mais au parfum yankee. Son troisième elpee, « Cancel the sun », paraîtra ce 16 août 2019.

Extrait de cet opus, le clip vidéo de « Mossy well » est disponible ici

Tracklist

Call Me When It All Goes Wrong
Mossy Well
Save The Planet
The Inheritance
Dictator
Ball And Chain
Something Is Slipping My Mind
Waiting On Something
Leave Here Alone
Cancel The Sun

samedi, 27 juillet 2019 19:00

De la mauvaise herbe pousse à Vienne…

Bad Weed est un trio viennois, qui puise ses influences majeures au sein des eighties, et tout particulièrement chez The Jam, The Undertones. Buzzcocks, Exploding Hearts et The Nerves, pour nous servir un garage/pop/punk contemporain mélodique et aux harmonies vocales soignées. Eponyme, son premier elpee paraîtra ce 20 septembre 2019.

Tracklist

Bad Weed
Delete Me
Down Down Down
Don't Think That I Like You - Scared of Losing My Mind
Don't Go Away
Bible Belt Baby
Failures
Falling Down
Bye Bye Baby
Walking
Poor Boi
Stuff
U Can

Facebook : https://www.facebook.com/potsnakes/

Page 3 sur 345