Les textes candides mais positifs de Sea Girls…

Ce quatuor londonien –composé de Henry Camamile (chant, guitare), Rory Young (guitare), Andrew Dawson (basse) et Oli Khan (batterie)– s'impose par sa franchise rafraîchissante, ses mélodies accrocheuses et des paroles candides et positives. En outre, Sea…

logo_musiczine

Brazen tient la distance…

Après près de dix-huit ans de silence trompeur, Brazen (Genève), revient avec « Distance », une épopée indie-rock ambitieuse où s’entrelacent modulations mélancoliques et harmonies vocales sur un tapis instrumental planant. Les huit titres qui composent…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

DRAHLA
The Sisters Of Mercy - 09...
Stéphane Reignier

Stéphane Reignier

Grâce à son premier album « Regarde-moi », Pierre de Maere s’est imposé comme la nouvelle révélation belge : sa pop grandiose, son charisme magnétique, sa voix singulière font de lui un artiste inclassable et déjà incontournable. Il a d’ailleurs été sacré ‘Révélation masculine’ aux Victoires de la Musique 2023, grâce au titre « Un jour je marierai un ange ».

« Mercredi » adresse clin d’œil évident à la famille Addams (bien que le titre ait été écrit bien avant la diffusion de la série à succès Netflix), et bénéficie d’un clip à l’atmosphère spectrale.  

En opposant le monde de l'enfance à celui des adultes, Pierre de Maere s'affranchit aussi des dogmes et mythes qu'on lui raconte, préférant laisser libre cours à sa rêverie, et construire ses propres récits.

Pour le clip, le réalisateur Hugo Jouxtel a imaginé Pierre de Maere, maître des lieux d'un domaine à l'allure d'une maison hantée, qui accueille les funestes ‘âmes grises’, et les transforme de sa griffe de créateur. Pierre de Maere organise pour ses mystérieux invités un défilé dantesque, transformant une table de réception en podium de défilé.

Pour voir ou revoir le clip consacré à « Mercredi », c’est ici

 

jeudi, 07 décembre 2023 16:31

Grand Corps Malade dans son miroir…

Au départ, l'idée traversait l'esprit de Grand Corps Malade d'intituler l'album "Portraits" au pluriel. Il envisageait que chaque chanson représente le portrait d'une personne, d'une chose, ou d'un lieu spécifique. Cependant, au fil du temps, cette notion a évolué, aboutissant finalement au choix du titre "Reflets".

Ce titre représente pour lui une opportunité d'explorer la réflexion de la société, de capturer l'esprit d'une époque, de saisir les éléments qui nous entourent. Cette approche ouvre la porte à de nombreux thèmes traités dans le long playing. Le regard des uns sur les autres, de notre propre reflet dans le miroir ou dans les yeux des autres.

Le clip consacré à "Autoreflet" est à voir et écouter ici

 

jeudi, 07 décembre 2023 16:31

Mars Red Sky à l’aube du crépuscule…

Biberonnés à Sonic Youth, The Jesus Lizard et My Bloody Valentine, les Bordelais de Mars Red Sky sont loin d’imaginer qu’ils s’apprêtent à constituer l’un des piliers de la scène stoner hexagonale lorsqu’ils créent le groupe en 2007.

Détachés de toute considération de genre musical, les musiciens échafaudent leur propre style sur les traces des pionniers de l’underground. Quasi cinématographique, le son de Mars Red Sky dégage une étrange et singulière saveur, se distinguant habilement dans le paysage heavy rock.

Pour enregistrer leur premier album éponyme, ils s’enferment dans une maison perdue dans le désert espagnol. Hypnotique, grisant, lourd, le disque conquit la très sélect famille heavy et entraîne le trio sur les plus grandes scènes rock et metal internationales (SXSW, Hellfest, Desertfest, Roadburn, Eurockéennes), ainsi qu'en première partie de pointures telles que Sleep, Dinosaur Jr, Kyuss, Killing Joke ou encore Gojira.

Sur scène, Mars Red Sky parvient à recréer ses ambiances studio sophistiquées et à restituer la patte sonique qui le caractérise. Ses prestations absorbent l’auditeur, le perdent dans des limbes visuelles et vibrantes, le transportent dans une autre dimension. Au-delà d’un simple concert, c’est une véritable expérience sensorielle qui est proposée.

Son dernier Ep, enregistré en compagnie de la chanteuse folk Queen Of The Meadow, est sorti en avril 2023. La puissance du heavy rock psychédélique rencontre la profondeur des harmonies dark folk en un fumet complexe et enivrant. L’alliance osée ouvre les genres sur une toute nouvelle dimension.

"Dawn Of The Dusk" sort le 8 décembre 2023. Issu de cet LP, "Break even" est disponible sous forme de clip

 

 

jeudi, 07 décembre 2023 16:30

Jasper Steverlinck en lévitation…

Jasper Steverlinck est l'un des artistes belges les plus populaires depuis plus de 25 ans. Ses capacités vocales s'étendent à l'infini et il n'existe aucun genre qu'il ne maîtrise pas : du métal au rock, en passant par l'intime et le classique. Au cours des 25 dernières années, Bono, Randy Newman, Eddie Vedder, Robbie Krieger des Doors et Dave Navarro (ancien guitariste des Red Hot Chili Peppers) ont fait l'éloge de la voix unique de Jasper. L'âme d'un poète, la voix d'un ange, c'est ainsi qu'on le décrit le plus justement.

Jasper travaille actuellement sur son nouvel elpee « The Healing », en compagnie du célèbre producteur suisse Tom Oehler. Ce nouvel album a vu le jour pendant le silence désespérant engendré par la pandémie de corona. La chanson éponyme « The Healing » a fait naître en Jasper une envie de découvrir ce qui l'attendait. De grandes choses, pense-t-il.

Aujourd'hui, « Lift You Up » est le premier single issu de ce nouvel opus. Selon Jasper, cet LP peut soudain être qualifié de franc-tireur, ‘une expérience’ selon lui-même. ‘La mélancolie sera toujours proche de moi, mais pour la première fois, j'ai écrit une purge. « Lift You Up » est, à la base, une chanson positive et pleine d'espoir. Elle doit être ma toute première. Au début, je chantais toujours la chanson à voix haute, elle devait être au sommet de ma voix. Jusqu'à ce que j'essaie le contraire...’

« Lift You Up » est en écoute ici

 

jeudi, 07 décembre 2023 16:29

BLANK\\ victime d’un prédateur sexuel…

"Inconsistent People", c’est le premier Ep de BLANK\\ dont est issu "Clean" un single clippé écrit lors du retour de Blank en France après avoir été victime d'une agression sexuelle à Brighton.

Elle aborde donc ce sujet ainsi que celui du patriarcat. Pour le clip, elle voulait que le spectateur se concentre sur la chanson en elle-même, que l’image ne soit pas le centre du propos, donc elle a pensé à un clip karaoke ++.

Elle avait en tête cette image d’une télé cathodique au milieu d’une pièce sombre. La VHS qui tourne, ce sont des images de vacances en camping quand elle était petite. Elle faisait un spectacle sur "Barbie girl" de Aqua. C’est un peu introspectif car elle pense qu’il faut être cinglé pour aimer se donner en spectacle et en concert.

Les images tranchent avec les propos durs de la chanson qui parle d’agression sexuelle, et ce que ça veut dire de grandir.

Le clip consacré "Clean" est à est à découvrir ici

 

L’emblématique groupe de rock fête ses 30 ans et revisite le répertoire avec un impressionnant parterre d’invités. Un album au son brut, reflet de l’explosivité scénique de Dionysos.

1993, naissance à Valence de Dionysos, premiers frissons et premiers pogos en compagnie des copains de lycée, après une poignée de répétitions au fond du garage familial. Trente ans ont passé, Dionysos est toujours là et nous propose un nouvel album « L’Extraordinarium Il ne s’agit pas d’un best-of –surtout pas ! – mais la version augmentée d’une œuvre riche et protéiforme qui doit beaucoup à l’imagination sans limites de Mathias Malzieu, à la fois Peter Pan et homme-volcan, frontman survitaminé et crooner délicat à l’écriture ciselée.

Pour le premier disque de Dionysos sur le label Tôt ou Tard, Jack le géant, Miss Acacia, Tom Cloudman, le docteur Madeleine, Mister Chat et consorts sont venus souffler les bougies d’un énorme gâteau d’anniversaire avec Olivia Ruiz, -M-, Emily Loizeau, Aldebert, Keren Ann, Arthur Teboul, Mademoiselle K, Last Train, Daria Nelson, Voyou, Emmanuelle Monet (Dolly), Troy von Balthazar, Fredrika Stahl, François Busnel, Clou, Sly Johnson et Bernard Werber.

Un disque aux airs de bande originale de l’intégrale des romans de Mathias Malzieu (au Livre de Poche).

C’est dans les mythiques studios ICP, à Bruxelles, que Mathias Malzieu a retrouvé ses jouets et ses camarades de toujours, le violon et la voix de Babet, les guitares électriques de Miky Biky, la batterie de Rico ainsi que la basse et les ustensiles musicaux de Stephano. Deux semaines de réinvention jouissive, pour faire naître un album au son brut, reflet de l’explosivité scénique de Dionysos.

Le clip de « Song for Jedi » est disponible

jeudi, 07 décembre 2023 16:26

Caesaria dans un club vide…

Thomas, Louis et Théo tissent leurs liens dès l'enfance, autant sur la pelouse du club de foot qu’autour du son. C’est la scène qui devient leur terrain de jeu favori, et ça se voit : leurs ‘live’ électrisent les corps et marquent les cerveaux au fer rouge.

Après avoir publié un premier album intitulé « All We Have Is Now » en 2022, produit par Mark Needham (The Killers, Imagine Dragons) et Pelle Gunnerfeldt (The Hives, Viagra Boys), Caesaria revient sur le devant de la scène.

Si Caesaria nous rappelle nos meilleurs concerts de rock, il nous donne aussi envie de pousser la porte d’un club. Une proposition underground et léchée, à la frontière des genres, proférée dans une vision qui tient en deux mots : club-rock.

Sur ce premier single, « Empty Club », enregistré à Londres et produit par Brett Shaw (Foals, Florence and the machine), le trio nous plonge dans l’univers de son nouvel elpee tirant un trait d’union entre son club-rock et le Madchester des 90's.

Passions électriques et sensualités nocturnes, Caesaria nous décrit, le temps de ce titre, les différentes étapes de la rencontre amoureuse, faisant chavirer le cœur de celles et ceux qui décident de s’abandonner pour quelqu’un d’autre, et ce jusqu’à tard dans la nuit.

« Empty club » est à découvrir sous forme de clip ici

En cette fin d’année 2023, Sarah Jeanne Ziegler revient avec « Le Ciel n’en finit pas », un nouvel Ep de six titres écrits en français qui combine la chanson et le folk tout en se servant de sonorités pop plus contemporaines.

Une voix suave et singulière, un répertoire pop-folk hybride aussi sensible que puissant : c’est ainsi que Sarah Jeanne Ziegler nous invite à voyager entre la France et le Canada.

La musique de Sarah Jeanne Ziegler est en effet un cocon d’influences nord-américaines (les singer-songwriters Léonard Cohen, Bob Dylan, Joan Baez, Lhasa…) et françaises (Serge Gainsbourg, Françoise Hardy). Le tout avec une touche d’inspiration cinématographique, due à son implication dans la musique à l’image.

Depuis dix ans, Sarah Jeanne Ziegler se produit sur de nombreuses scènes nationales pour présenter ses projets : un premier Ep « Novembre » (2011), puis son second « L’Echappée » (2015), et enfin l’album live « Session Acoustique » (2020), enregistré au Studio Tropicalia aux côtés de la violoniste Mathilde Cattin.

Issu du nouvel Ep, le clip de « Janvier » est disponible

 

jeudi, 07 décembre 2023 16:25

La souffrance de Less AUTRE

Less AUTRE est un groupe réunissant cinq individus –issus du Nord de la Belgique– qui repousse sans effort les limites de la musique en proposant un son éclectique unique naviguant du rock indé mâtiné punk à la pop, mais en empruntant aussi à la new wave. C’est comme une soirée arrosée, une escapade nocturne avec une foule d’invités musiciens parmi lesquels The Cure, Morphine, Jack White, Jacques Dutronc, Indochine, Arno, Talking Heads et Patrick Coutin pour ne citer que ceux-là.

L’histoire de Less AUTRE commence en 2019, lorsque le leader Peter Fias prend la décision courageuse de plaquer son emploi et de poursuivre son vieux rêve de monter son groupe de rock. Il dépoussière sa guitare et commence à écrire des chansons. Il cherche et trouve des pairs : Raf Hermans (clavier, guitare, chœurs), Mattia Swinnen (batterie), Dirk Demeyer (basse) et Steven Grandjean (saxophone, clarinette, percussions). Ensemble, ils se lancent dans une série de performances live qui font rapidement le buzz dans le secteur.

En 2021, ils travaillent d’arrache-pied sur leur premier Ep qui recèle une compo comme « Pauvre de moi », une adaptation frappante de « Oh Me » de Meat Puppets, devenue célèbre dans le monde dans sa version Unplugged de Nirvana. Pour la petite histoire, le chanteur des Meat Puppets, Curt Kirkwood, a été tellement impressionné par « Pauvre de moi » qu’il a demandé à Less Autre de les accompagner lors d’une tournée européenne qui s’est déeroulée à l’automne 2022. Dommage collatéral à la crise sanitaire, la tournée est reportée jusqu’à nouvel ordre.

« Pauvre de moi » est à voir et écouter ici

lundi, 16 octobre 2023 18:43

A.M.O.U.R

Il se conjugue au passé, au présent ou au futur. Généralement imparfait, protéiforme, souvent couvert d’aspérités, il règne chez les hommes et les femmes depuis que la terre est terre. Il est partout et nulle part à la fois. Cupide, insidieux ou encore salvateur, il peut se révéler un allié de premier choix, mais peut également détruire, menant même jusqu’à la mort. De quoi s’agit-il ? De l’Amour évidemment, titre du dernier opus de Calogero.

Réalisé dans son propre studio habilement baptisé Ronipiri (référence au nom de ses enfants Romy, Nina, Pio et Rita), on retrouve à la plume de ce neuvième album, ses fidèles compagnons, Paul École, Bruno Guglielmi, Pierre Riess et même Dominique A. Mais pas que puisque quatre des chansons sont signées Marie Poulain, une jeune artiste rencontrée par le fruit du plus grand hasard et avec qui il interprètera « Le hall des départs ».

Alors qu’il y a trois ans, le chanteur produisait « Centre-ville », un disque plaintif dans lequel il s’exprimait (sans trop de conviction) sur la pandémie et de la façon dont il vivait les confinements, Calo exporte aujourd’hui sa propre vision du sentiment amoureux sous un angle nettement plus positif et détaché faisant de l’intime un acte politique dont il se hisse comme un fervent défenseur.

Si le postulat de départ a tout pour plaire, le résultat global est assez décevant. Alors que le chanteur nous avait habitués jadis par la qualité de ses compositions, notamment à travers l’ultra réussi « Les feux d’artifice », l’elpee souffre d’un trop grand éclectisme de styles, parfois carrément même carrément antagonistes, oscillant du funky « Donne », au rock « Cache-cache » en passant par les sonorités des années 80 à travers « La nuit n’est jamais noire », auquel participe Gaëtan Roussel. De quoi donner le tournis !

Hormis quelques trop rares belles chansons comme « Dénouement heureux » ou lors du duo précité, le disque s’enlise dans une suite de titres mielleux, mal torchés et qui manquent de relief pour qu’ils s’inscrivent dans la durée et restent gravés sur l’autel du panthéon.

« A.M.O.U.R » se survole, plutôt qu’il ne s’écoute, alors que la promesse d’un disque réussi se dessinait pourtant, compte tenu du travail de production et de la trame thématique. Mais, le franco-italien a préféré la zone de confort en privilégiant un volet purement commercial et en se servant d’artifices musicaux peu crédibles.

Ainsi, Calogero enfonce le clou lorsqu’il dénonce les chiffres de l’industrie musicale au détriment de l’audace et la création artistique tout au long de « Faire une chanson », alors que lui-même emprunte cette direction…

Page 12 sur 168