Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook    Instagram   Youtube   Myspace Myspace

Nos partenaires

Stéphane Reignier

Stéphane Reignier

mardi, 18 mai 2021 18:23

La vision du monde de La Femme…

Groupe pionnier et novateur de la french pop depuis 2010, référence incontournable célébrée ici comme ailleurs, La Femme revient opportunément « Foutre le bordel » pour paraphraser l’un des quinze titres de « Paradigmes », son troisième long playing…

En mouvement perpétuel, en effervescence permanente, les quatre comparses évoluent au gré des courants musicaux contemporains, empruntant ici à l’electro, là au rap, sans jamais perdre les racines rock sixties et seventies qui les ont inspirés à leurs débuts depuis la côte basque.

Dévoilé en septembre, le premier single « Paradigme » soulignait le flair visionnaire de La Femme : ‘Pendant la nuit les paradigmes s’effacent / Les masques tombent pour célébrer le néant et la folie / Dans cette énigme qu’on appelle la vie / J’ai envie de courir et de pleurer’.

Attendu depuis cinq ans, « Paradigmes » réunit des titres issus d’un recueil d’une centaine de chansons que le groupe a composées depuis une décennie.

Les clips des deux premiers singles, « Paradigme » et « Cool Colorado », reflètent l’ambiance enfiévrée qui règne dans les sous-sols du Petit Palace parisien, où La Femme fout littéralement le bordel comme dans une auberge espagnole.

Grâce à son nom de groupe en pleine résonance avec les mutations du paradigme masculin/féminin, La Femme compose, encore une fois, la bande-son libre, foutraque, inattendue, turbulente, joyeuse, décomplexée et alternative de l’époque.

Après une année 2020 à oublier définitivement, 2021 ne pouvait pas mieux commencer que sous le signe de La Femme, un groupe qui mélange le passé au présent, tout en imaginant l’avenir.

 

 

mardi, 18 mai 2021 18:19

Mustii, l’extra-terrestre…

De son véritable nom Thomas Mustin, Mustii est auteur, compositeur, chanteur et metteur en scène. Acteur de formation, Très rapidement, il s’est forgé un nom grâce à ses talents de chanteur.

En 2016, il publie un premier Ep baptisé « The Darkest Night » ; et son premier single « The Golden Age » cartonne en radio. Ce qui lui permet de se produire dans de nombreux festivals (BSF, Francofolies de Spa, Ardentes, Solidarités, Nuits Botanique etc.). Mais c’est à l’issue d’un set accordé au Cirque Royal que sa notoriété commence à décoller. Sa prestation est saluée unanimement tant par la presse que le public. Et le succès se traduit par le trophée de la révélation de l’année aux D6bels Music Awards. Son premier album « 21st Century Boy » est paru à l’automne 2018.

Après avoir accueilli en Belgique plus de 13 000 personnes sur la tournée (deux Ancienne Belgique et une Caserne Fonck sold out) dont 5 000 personnes dans le cadre majestueux de l’Abbaye de Villers-la-Ville, il s’est concentré sur l’écriture du prochain album qui devrait paraître au cours de l’automne 2021.

En attendant, il est de retour avec un tout nouveau single « Alien ».

« Alien » constitue le 1er single issu de son prochain opus. ‘J'aurai l'occasion d'en reparler dans les mois à venir mais à travers cet album et ce morceau, je tenais à rendre hommage à mon oncle, à sa vie hors-norme, à cette personne extraordinaire atteinte de schizophrénie et qui a mis fin à ses jours il y a 17 ans. Il s'appelait Michel, il est mon fil rouge’.

Lors des sessions de cet LP, Mustii a bénéficié du concours d’une multitude d’artistes issus d’horizons différents. Et notamment le groupe belge Delta qui participe à la composition, la chanteuse anglaise Arianna D’Amato (issue de la formation BRVT) à la co-écriture, le Français Clement Roussel à la production (Voyou, L’Impératrice, Møme,…), l’Anglais Leo Abrahams à la production additionnelle (Editors, Florence & The Machine, David Byrne, Brian Eno, Jarvis Cocker…) et Adrien Pallot à la masterisation.

Le superbe clip en noir et blanc de « Alien » a été réalisé par le collectif flamand Allies en collaboration avec le réalisateur Willem Volker et le directeur artistique Davy Denduyver.

Et il est disponible ici

 

mardi, 18 mai 2021 18:15

Tahiti 80 tape dans le mille…

Après le succès international de son premier elpee « Puzzle » (1999), vendu à plus de 200 000 exemplaires et disque d’or au Japon, Xavier Boyer (chant, guitares), Pedro Resende (basse), Médéric Gontier (guitares) et Sylvain Marchand (batterie) se sont à nouveau associés au producteur Andy Chase pour enregistrer son successeur, « Wallpaper for the Soul », à New York.

Les prolifiques sessions qui ont commencé dès novembre 2001, au studio Stratosphere Sound, ont donné naissance à vingt chansons, douze titres figuraient sur l’album original et les huit extraits supplémentaires ont été compilés sur les mini albums « A Piece of Sunshine » (2003) et « Extra Pieces of Sunshine » (2004).

Cette nouvelle édition vinyle sera la première à regrouper toutes ces chansons sur un seul support.

Quasiment 20 ans après sa parution, « WFTS » incarne toujours le parfait dosage de songwriting classique et d’expérimentation sonique. En mettant en valeur la capacité du groupe à écrire des chansons accrocheuses ainsi qu’un talent certain pour les mélanges et l’expérimentation, « WFTS » aura consacré Tahiti 80 comme groupe majeur de l’après French Touch. On peut tout aussi envisager ce second disque comme une chronique parallèle et plus sophistiquée d’une époque associée à la renaissance d’un rock brut cf. The White Stripes ou The Strokes.

Réécouter « WFTS » aujourd'hui, c'est aussi remarquer qu’il s’agit d’un album enregistré dans les règles de l'art. Affutés par plusieurs tournées mondiales, les membres de Tahiti 80 avaient foi en leurs capacités et une forte envie d’expérimenter.

L’orchestration de Richard Hewson est une autre caractéristique du son de « WFTS ». Arrangeur respecté, célèbre pour avoir orchestré « The Long And Winding Road » des Beatles ou pour avoir écrit un tube des années 80, le soyeux « Clouds Across The Moon » du RAH Band, Hewson a donné aux chansons une touche orchestrale radicale.

Co-réalisés par Laurent Fétis, déjà designer de la pochette iconique de Puzzle, et par l’artiste Elisabeth Arkhipoff, les visuels à base de photos rehaussées à l’aérographe, sont depuis devenus des compagnons indissociables de la musique de Tahiti 80.

Les modes et tendances continuent d’apparaître et de disparaître, mais vingt ans après son enregistrement, « WFTS » sonne toujours frais et pertinent. Et Tahiti 80 continue encore d'écrire son histoire, à sa guise, avec un huitième album prévu pour début 2022.

Le clip de « 1 000 times » est disponible ici

Sarah Espour vit à Bruxelles et développe un projet électro/pop pour lequel elle compose et chante.

Elle s’est notamment produite en première partie de Brendan Perry (Dead Can Dance) au Reflektor à Liège et de KAZU (Blonde Redhead) au Botanique de Bruxelles.

Après avoir préparé une vidéo d'une reprise de « Seras-tu là » de Michel Berger qui figurait au répertoire de Véronique Sanson durant le confinement, elle nous propose une version très alternative de « Elle adore le noir » d’Arno.

Le clip est à découvrir ici

"The King and the Hoe", c’est le titre du nouveau clip Queen of the Meadow, le projet d’Helen Ferguson et Julien Pras (Calc, Pull, notamment). Réalisé par Seb Antoine, il est à l'image de la thématique de la chanson, d'une intense beauté…

Bordelaise, Helen a vécu 4 ans à Albuquerque, au Nouveau Mexique ; d’ailleurs ses filles sont navajos. Elle y est retournée pour la cérémonie de rite de passage de l'aînée.

‘Durant deux jours très intenses et une nuit entière de chants et de prières, on a le temps de réfléchir à ce qui est en train de se passer, et sur les choses belles ou moins belles qu'elle va vivre parce qu'elle est une femme’. Alors en compagnie du réalisateur Seb Antoine, elle a inventé sa propre cérémonie hybride, à la croisée d'influences diverses...

L'album « Survival of the Unfittest » sortira lui le 4 juin prochain.

Et le clip de "The King and the Hoe" est à voir et écouter

mardi, 18 mai 2021 18:08

Yôkaï fait le guet !

Pratiquant un métissage résolument contemporain entre jazz, musiques ethniques et rock aux accents psychédéliques, Yôkaï est une formation bruxelloise fondée en 2011. Réunissant huit multi-instrumentistes, sa musique convoque le mélomane à un maillage de compositions ciselées, de grooves hypnotiques et d’improvisations sauvages.

« Sentinelle », son nouvel Ep, propose quatre morceaux inédits issus de deux sessions d’enregistrement distinctes réalisées en 2017 et fin 2019. Ce disque marque une transition entre l’univers musical déployé dans le premier album et les orientations plus électroniques et cinématographiques qui définissent la couleur du prochain opus, à paraître à l’automne 2021.

Si la face ‘A’ affiche une couleur plus ‘dark’, plus oppressante qui accompagne nos nuits de confinement, la face B et ses outakes de 2017 nous replongent dans un monde coloré et bariolé où l’on dansait sur les places publiques et dans les bars. Si "Entre les Roseaux", composé par le guitariste Clément Nourry, a un petit goût d’ethio-jazz, "Llamada por Cobrar" est carrément une ‘vraie fausse chanson mariachi’ (et un des premiers tubes du band), du temps des squats et autres rendez-vous collectifs. Quant à "Sentinelle" et "Désir Chimique", infusés de drones et de synthés saturés, ils préfigurent la suite : le prochain full LP du groupe. Rendez-vous après l’été pour de nouvelles aventures !

Difficilement classable, la musique de Yôkaï serait une synthèse contemporaine d’un jazz ‘ethnique’ et des bandes-son d’Ennio Morricone ainsi que de François de Roubaix, le tout teinté de synthés analogiques et de rock psyché. Yôkaï s'inscrit dans la droite lignée d'une nouvelle scène belge iconoclaste biberonnée au jazz mais décloisonnée artistiquement (MDCIII, Echt ! Dans Dans, Black Flower, STUFF., SHNITZL ...)

Pour découvrir le clip de « Désir chimique », c’est

mardi, 18 mai 2021 18:05

La marche en avant de Tryo…

Tryo a définitivement le vent dans le dos. Après avoir fait un carton grâce à son album de collaborations (« XXV »), il est de retour pour un titre particulièrement efficace.

Tout en restant du 100% Tryo, le groupe arrive à se réinventer en proposant un single très pop, frais et direct et enregistré à Bruxelles.

“En Marche, En Replay” a été enregistré à Bruxelles

Et comme d’habitude, le texte est à la fois engagé et pertinent.

Pour découvrir le clip, c’est ici

Le sablier s’inverse chez Quicksand…

Quicksand est de retour ! Le groupe post-hardcore new-yorkais vient de graver un nouveau single. Baptisé « Inversion », le morceau est à la fois réfléchi, entraînant et puissant et sa résonance émotionnelle n'est amplifiée que par les événements du passé stressés, voire verrouillés…

‘La musique d’Inversion était très punk au début’, déclare le leader Walter Schreifels. ‘Pour faire bouger quelque chose, j'ai commencé à chanter dans une ambiance anglaise de Niel Nausea (NDR : Nausea est un groupe de Peace / Squatter punk du Lower East Side de Manhattan). Les paroles reflètent la volonté d'être très connecté grâce à la technologie tout en étant le groupe d'humains le plus isolé sur le plan émotionnel à avoir jamais parcouru la planète et des choses amusantes comme ça’.

Le groupe a posté une vidéo colorée par des illustrations de l'artiste japonais Tetsunori Tawaraya et animée par l'artiste basé à Los Angeles, Rob Fidel.

Le clip est à découvrir

 

Paisley Shore est une formation angevine responsable d’un garage/surf/pop inspiré par la musique de la côte ouest des Etats-Unis. Son nouveau single, « Athens », a été enregistré et produit au Broken Guitar Studio par Romain Lejeune, du groupe français The Blind Suns. Et le clip aux tendances vintage nous invite à voyager à travers la Grèce des seventies

Il est à écouter et voir ici

 

« Your Roses » c’est est le nouveau single d’Individual Friends, un titre chanté et écrit par Bai Kamara Jr.

L'amitié peut être exprimée avec autre chose que des mots. Tout comme nous pouvons inventer le lien entre les gens. Ce lien existe ou pas. Les membres d’Individual Friends en sont témoins. Rêve fou qui a surgi une après-midi dans un parc et lors des longues nuits qui se sont succédées, ce collectif artistique est né de la rencontre de douze personnalités du paysage musical bruxellois. Un vrai super groupe.

Individual Friends implique Manu Low, Kris Dane, Gered Stowe, Bai Kamara Jr., Angélisa, Matt Watts, Jef Mercelis, Jan Ducheyne, Mika Nagazaki, Patrick Clauwaert, Frank Pay et Teuk Henri, des artistes dont le passé ou le présent sont liés à des projets tels que Ghinzu, Matt Watts Group, Sharko, Mercelis, Nécessaire Evil, Wappetonaa ou Earthman Doublewood. Toutes de grandes personnalités musicales qui se connaissent et s'apprécient depuis longtemps.

Après vingt ans de performances et rendez-vous réguliers, rencontres de la passion de la musique et du plaisir de jouer ensemble, le collectif s’est à nouveau réuni. C'est d'abord à bord de la péniche de Jef Mercelis, que la magie a opéré, puis au studio Travail&Loisirs, avec l'aide du producteur Votre Chazam. Chaque membre amène un titre, sa connaissance unique du groove et du sens aigu de la mélodie, la poésie tremblante qui est ensuite partagée, la vibration devenue sonore qui sera gravée sur les sillons éternels.

Le premier album sortira le 28 mai et recèlera 11 chansons en anglais, néerlandais, français et espagnol. Culture française, flamande, européenne, nord-américaine et africaine, le tout dans un grand pot rempli de sons cosmopolites. Un groupe typique ‘made in Brussels’.

Individual Friends transcende librement toutes les frontières possibles avec ce melting-pot d'idées contrastées mais toujours éclairantes.

Cliquez ici pour découvrir ce clip 

Page 1 sur 115
FaLang translation system by Faboba