« Ciarán », c’est le nouveau single d’Eosine qui paraîtra ce 28 octobre 2022. Il figurera également sur un Ep 4 titres mixé et masterisé par Mark Gardener (Ride) dont la sortie est prévue pour février 2023. La musique d’Eosine mêle guitares et harmonies…

logo_musiczine

Ki ! est l’alias de l'auteur-compositeur et multi-instrumentiste Christian Ki Dall. Hormis sa production solo, il est à la fois guitariste (avec Sterling Roswell de Spacemen 3, The Telescopes, Death Valley Sleepers et bien d'autres), et producteur (pour le…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Bernard Dagnies

Bernard Dagnies

lundi, 24 octobre 2022 14:44

Trop court !

Wet Leg, c’est avant tout les chanteuses/guitaristes/compositrices Hester Chambers et Rhian Teasdale, deux filles issues de l’île de Wight qui ont décroché un tube fulgurant, en 2021, « Chaise longue ». Après avoir publié quelques singles, le groupe grave son premier elpee, en avril 2022. Un éponyme. Le band devient carrément hype grâce à son succès critique et commercial, mais aussi son humour très second degré qu’il injecte dans ses chansons et ses clips vidéo. L’occasion était donc belle d’aller voir ce que le combo avait dans le ventre, ce vendredi 21 octobre, à l’Aéronef de Lille. Et la salle est presque comble pour accueillir la nouvelle sensation britannique…

Vers 21h05, les baffles crachent un air celtique, puis la formation débarque sur le podium. Les deux filles ont certainement dégoté leurs jupes sur un marché aux puces. Courte pour Hester, longue pour Rhian. Elles portent également un body de couleur noire, la première laissant apparaître un dos nu. La première est coiffée d’un bonnet en forme d’oreilles de chat et chaussée de bottes. La seconde est montée sur des godasses à semelles compensées (NDR : vulgairement appelées ‘écrases-merde’). Le tandem est soutenu par un trio de barbus chevelus. En l’occurrence, un drummer (très en retrait), un bassiste et un guitariste/claviériste.

Le quintet ouvre le set par « Being in love » et embraie par le libidineux « Wet dream », mais on ne peut pas dire que le résultat soit « Convincing ». C’est sympa, mais ça manque de punch et surtout de présence sur scène. Les donzelles se lancent dans une forme de yodel sur « Supermarket », en balançant des ‘high’ sinusoïdaux.  Il faut attendre « I want to be abducted », moment au cours duquel Hester abandonne sa gratte afin de se consacrer exclusivement au micro, pour assister à davantage de mouvement sur les planches. Néanmoins, il faut reconnaître que Hester possède une très jolie voix, un peu argentine. Elle signale être de retour d’une tournée aux States et être heureuse d’être de retour en Europe. Les morceaux sont courts et dépassent rarement les 3’. Plus punchy et mordant, « Oh no » se distingue par ses sonorités de grattes stridulantes. Et le contagieux « Ur mum » se nourrit d’excellent échanges de cordes, le tout ponctué de cris primaux. Pendant « To late now », les deux filles tournent sur elles-mêmes (NDR :  Hester a ôté son bonnet de félin), morceau caractérisé par des tonalités de grattes surf et un synthé aquatique. L’ambiance dans la fosse commence à décoller. Et chargé d’intensité électrique en spirale, « Angelica » incite certains audacieux à se lancer dans l’exercice du crowdsurfing. A cet instant, la musique nous replonge en pleine période ‘riot grrrlll’, dans l’esprit des Breeders, Veruca Salt ou encore Blake Babies.

Wet Leg a enfin trouvé la bonne carburation et nous délivre l’inévitable et rafraîchissant « Chaise longue » (NDR : dont le groupe vient de sortir un clip en français). Les guitares sont débridées. Le public reprend en chœur les ‘Excuse me… what ?’ Et puis, alors que le set commençait à décoller, le quintet tire sa révérence. Les lumières se rallument et on entend le « Careless Whisper » de Georges Michaël, pendant que les roadies commencent à démonter le matos. Frustrant ! Une heure de concert en tout et pour tout. C’est trop court !

Voir aussi notre section photos ici

Setlist 

Being in love

Wet dream

Convincing

Supermarket

Red eggs

I want to be abducted (by a UFO)

Obvious

Oh no

It’s a shame

Piece of shit

Ur mum

Too late now

Angelica

Chaise longue

(Organisation : Aéronef)

Après Stromae et Arctic Monkeys, c’est Muse qui se produira en tête d’affiche, le samedi 1er juillet 2023.

La vente des tickets débute le samedi 29 octobre à 10h.

http://www.rockwerchter.be

SOLD OUT

Le concert de KARPE, le 27.05.2023 à l’Orangerie, est complet.

SUPPORTS

DANI TERREUR fera la première partie de JULIEN GRANEL, le 21.10.2022 à la Rotonde.

MAUVAISE BOUCHE fera la première partie de JOK’AIR, le 22.10.2022 à l’Orangerie.

AND THEN CAME FALL fera la première partie de THOMAS DYBDAHL, le 04.11.2022 à la Rotonde.

TINYUMBRELLAS fera la première partie de BEACH BUNNY, le 05.11.2022 à la Rotonde.

KATE STABLES fera la première partie de ANAÏS MITCHELL, le 09.11.2022 à la Rotonde.

BANJO LUCIA fera la première partie de STELLA DONNELLY, le 18.11.2022 à la Rotonde.

AISLINN LOGAN fera la première partie de CMAT, le 22.11.2022 au Witloof Bar.

HEMELBESTORMER fera la première partie de LA MUERTE avec TERRIFIANT en special guest, le 25.01.2023 à l’Orangerie.

REPORT

Le concert de ELIA ROSE, prévu le 21.12.2021 à la Rotonde, est reporté au 04.03.2023.
Les tickets restent valables.

SAISON : NOUVEAUX CONCERTS

URBAN 32
26-11-2022
Estelle Baldé • Gutti • Absolem • Kunta • Mona • Dikàay • Calya J. • Delportau • Grizmo

DUKE GARWOOD
24-01-2023

OLD SEA BRIGADE
09-02-2023

L.A. SALAMI
11-03-2023

BILLY NOMATES
06-04-2023

http://www.botanique.be

 

21.10.2022         COOL PRESENTS ALFA MIST + FATOOUSAN (DJ SET)

22.10.2022         WALTER TROUT

24.10.2022         GABRIEL RÍOS

25.10.2022         GROUNDATION

26.10.2022         DEPOT CAFÉ PRESENTS ELEPHANT

27.10.2022         DONAVON FRANKENREITER + CHRISTINE HOLMES

29.10.2022         DUNCAN LAURENCE (ISM FKP SCORPIO)

30.10.2022         RUDEBOY PLAYS URBAN DANCE SQUAD FT. DJ DNA + DYNAMIC

31.10.2022         GALAXIE'S NIGHTSHIFT

01.11.2022         MEAU

02.11.2022         OPEN MIC

03.11.2022         GREGORY ALAN ISAKOV

05.11.2022         CHARLOTTE ADIGÉRY & BOLIS PUPUL

06.11.2022         JOSH ROUSE

07.11.2022         JOOST (SOLD OUT)

08.11.2022         COWBOY JUNKIES

12.11.2022         IBE

13.11.2022         MILOW + AHI

14.11.2022         COOL PRESENTS LIZZ WRIGHT

19.11.2022         COOL CLUB NIGHT

22.11.2022         CASPAR AUWERKERKEN

26.01.2023         TINLICKER

https://www.hetdepot.be/

 

 

 

jeudi, 20 octobre 2022 16:46

Young Fathers au Trix

Young Fathers présentera son nouvel album « Heavy Heavy » au Trix à Anvers le 22 février 2023

Les tickets seront en vente à partir du vendredi 28 octobre à 10h

http://www.greenhousetalent.com

ven. 31/03
DIRK.

sam. 22/04 | EN VENTE DÈS 21/10
Inhaler

http://www.abconcerts.be

KILLSWITCH ENGAGE, ANTHRAX, TRIVIUM, HEAVEN SHALL BURN, BIOHAZARD, BLIND GUARDIAN, MICHAEL SCHENKER GROUP, OBITUARY, GLORYHAMMER, OVERKILL, BLOODBATH, KATAKLYSM, H.E.A.T., I AM MORBID, DEICIDE, BELPHEGOR, AGNOSTIC FRONT, TERROR, GRAVE DIGGER, MADBALL, WHITECHAPEL, DYING FETUS, ELDER, DECAPITATED, SHADOW OF INTENT, BLEED FROM WITHIN, UNTO OTHERS, TRIBULATION, DYNAZTY, UNLEASHED, TAAKE, GATECREEPER, IMMOLATION, RIOT V, WOLVES IN THE THRONE ROOM, MIDNIGHT, GAUPA, VITAL REMAINS, SLAPSHOT, JAG PANZER, GAEREA, MAD SIN, DEATH BEFORE DISHONOR, HOLY MOSES, YOTH IRIA, DRAIN, SLOMOSA, ELEINE et PSYCHLONA sont annoncés pour l’édition 2022 du festival Alcatraz qui se déroulera du 11 au 13 août 2023, à Courtrai.

https://www.alcatraz.be/

 

samedi, 22 octobre 2022 11:32

Dans l’esprit de Louise Attaque…

Gaëtan Roussel a publié son nouvel album solo, « Est-ce que tu le sais », en mars de l’an dernier alors que Louise Attaque va également en proposer son cinquième, le 4 novembre prochain, six longues années après avoir gravé « Anomalie ». Il s’intitulera « Planète terre ». Puis, le groupe repartira en tournée. Quinquagénaire depuis quelques jours, Gaëtan se produisait à l’Aéronef de Lille, ce mardi 18 octobre 2022. Le concert est sold out, et il faut avouer qu’en débarquant dans la salle, il y a du monde partout. Au balcon, bien sûr, mais également sur les escaliers, tant internes que côté hall.

Les lumières s’éteignent, et dans le noir, on remarque la présence d’un guitariste, sur la gauche du podium qui aligne quelques arpèges, presque en boucle alors qu’un personnage traverse la salle en agitant une torche électrique. Puis on entend la voix de Gaëtan Roussel qui s’adresse à la foule en demandant si elle est prête. En bref, il la chauffe. Applaudissements, acclamations et outre le sixcordiste et l’Aveyronnais, qui le plus souvent va s’accompagner à la sèche, on découvre la présence d’un drummer, d’une claviériste et d’un bassiste. Il présente déjà ses musiciens. Et le set de commencer par « Est-ce que tu sais ? ». Derrière le quintet on remarque la présence d’un jeu de lumières constitué de fenêtres, comme celles d’un building, dont la couleur va changer tout au long du show ; et puis au plafond des points d’interrogation inversés sont suspendus (NDR : c’est sur l’artwork de la pochette du dernier elpee). Ils vont également s’illuminer selon les morceaux et déjà pendant « Je me jette à ton cou » (NDR : Daniel Auteuil figure dans le clip vidéo consacré à ce morceau).

Roussel est un fameux showman et il tient son auditoire dans le creux de sa main. Pendant « Si on marchait jusqu’à demain », une compo de Louise Attaque –et la setlist va en dénombrer de nombreuses– les spectateurs commencent déjà à frapper dans les mains, gestes qu’ils vont reproduire tout au long du spectacle.

Avant d’embrayer par « Les Nuits parisiennes », Gaëtan propose de la transformer en nuit lilloise et invite la foule à bondir tout en levant les mains afin qu’il puisse prendre une photo, opération qu’il va d’ailleurs reproduire en fin de concert. Pendant « Dis-moi encore que tu m’aimes », les clappements de mains réveillent le souvenir de concerts d’Indochine.

Roussel nous raconte qu’il voyage de ville en ville en dormant dans le tour bus. Il se réveille dans la suivante et avoue que les matins sont parfois difficiles. Introduction idéale pour « Les matins difficiles ». Il souhaite alors illuminer la salle d’étoiles et demande à l’auditoire d’agiter les smartphones après les avoir allumés. A force d’être reproduit, ce panorama devient de plus en plus banal…

« Tu ne savais pas » est une chanson émouvante qui parle du fil de l’existence, depuis la naissance, jusqu’à la mort…

Il a composé « Il y a » pour Vanessa Paradis et en délivre une superbe version. Les différents musiciens excellent sur leurs instruments, mais le guitariste a parfois tendance à en remettre une couche. Il doit probablement être issu de l’univers du métal… si vous comprenez l’allusion… et rien à faire, le violon d’Arnaud Samuel est irremplaçable.

Le bassiste se plante derrière un orgue et en extrait des sonorités d’église pour « J’entends des voix », une compo autant techno que métallique. Surprenant !

Plus surprenant encore, sa version de « J’envisage » de Serge Gainsbourg, une chanson qu’il avait composée pour Alain Bashung. Roussel emprunte les inflexions de Fred Franchitti, le chanteur d’Astonvilla, pour ce morceau hypnotique, presque techno, au cours duquel de petites loupiotes placées au-dessus des musiciens clignotent en rythme, pour rendre l’ensemble plus robotique.

Gaëtan s’assied sur un retour de scène et attaque « La colère » (NDR : le clip met en scène Kad Merad dans le rôle de personnes différentes courroucées), un peu à la manière d’un Charlélie Couture (NDR : ils ont tous les deux la même coupe de cheveux !) ; mais cette superbe ballade monte alors en crescendo au moment où il se lève pour entamer un final somptueux. L’artiste explique que cette chanson, il avait voulu, au départ, l’améliorer, parce qu’à sa grande surprise, elle était calme ; puis au bout du compte, il l’a laissé ainsi… et puis en fin de parcours, elle gronde…

Le bassiste adopte une ligne de basse cold, un peu à la manière de Simon Gallup (Cure) sur « Chaque jour reste le nôtre », alors que le sixcordiste plaque des accords funkysants.

Le set s’achève par « J’t’emmène au vent », encore un titre de Louise Attaque, et Gaëtan module les voix de la foule qui la reprend en chœur, tout en lui demandant de tout donner, un exercice qu’elle va accomplir a cappella.

En rappel, Roussel revient seul armé de sa sèche pour interpréter « Je vous trouve un charme fou », une chanson qu’il avait composée pour Hoshi. Les musicos sont de retour pour « Le temps passe », un titre du répertoire de Lady Sir, un des projets de l’artiste. Le show va s’achever par « Help myself (nous ne faisons que passer) », compo pour laquelle le bassiste exécute un solo de batterie sur une caisse claire. La foule est en délire. Gaëtan représente une nouvelle fois ses musiciens, en demandant de les applaudir, remercie l’ingé son, le responsable du light show, etc., et même le chauffeur du bus.

C’est bras-dessus, bras dessous, que le quintet salue la foule, au son du « Get back » des Beatles.

Franchement votre serviteur ne s’attendait pas un concert d’une telle intensité, ayant été déçu lors du passage de Gaëtan Roussel, dans le cadre du festival de Dour, en 2011. Une intensité qui avait pourtant déjà alimenté celui de Louise Attaque, le 6 décembre 2005 (à lire ou à relire ), toujours à l’Aéronef…

(Organisation A Gauche de La Lune)

 

Stromae et Arctic Monkeys sont les premières têtes d’affiche de l’édition 2023 du festival Rock Werchter.

Stromae s’y produira le jeudi 29 juin et Arctic Monkeys, le dimanche 2 juillet

Pour rappel, l’an prochain, le festival se déroulera du jeudi 29 juin au dimanche 2 juillet.

Les tickets seront mis en vente à partir de ce 29 octobre 2022.

http://www.rockwerchter.be

 

Jeudi 26 janvier 2023 – Loyle Carner – Ancienne Belgique, Bruxelles

Mardi 14 février 2023 – Whitney – De Roma, Anvers

Lundi 20 février 2023 – Röyksopp – Ancienne Belgique, Anvers

Jeudi 23 février 2023 – Lewis Capaldi – Sportpaleis, Anvers

Dimanche 5 mars 2023 – Geroge Ezra + Passenger – Forest National, Bruxelles

Dimanche 12 mars 2023 – Isaiah Rashad – La Madeleine, Bruxelles

Dimanche 12 mars 2023 – Ashe – Trix, Anvers

Lundi 20 mars 2023 – King Gizzard & The Lizard Wizard – Cirque Royal, Bruxelles

Vendredi 24 mars 2023 – The Teskey Brothers + CMAT – La Madeleine, Bruxelles

Lundi 27 mars 2023 – Mimi Webb – La Madeleine, Bruxelles

Dimanche 26 mars 2023 – Dermot Kennedy – Forest National, Bruxelles

Samedi 22 avril 2023 – Inhaler – Ancienne Belgique, Bruxelles

Vendredi 8 septembre 2023 – blink–182 – Sportpaleis, Anvers

Jeudi 12 octobre 2023 – Louis Tomlinson – Sportpaleis, Anvers

http://www.livenation.be

 

 

Page 6 sur 453