logo_musiczine

Sang Froid, c’est un trio nantais réunissant des membres de Regarde les Hommes Tomber et de The Veil. Il sortira un Ep éponyme, ce 7 octobre. Passionné par le rock gothique, la new et cold wave, la formation reconnaît pour influences majeures, Cocteau Twins,…

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

News

Jonathan Balzano Brookes

La légende du grand cerf…

Écrit par

Du fond de son bois sombre et austère, la sorcière dont nous parle Jonathan Balzano Brookes n'a pourtant rien d'effrayant.

"Cinnamon Witch" décompose et refond les canons de nos légendes d'antan en choyant la bienveillance d'une figure (trop) longtemps considérée comme malfaisante.

Jonathan Balzano Brookes n’a rien à envier aux troubadours d’antan, inspiration assumée dans ce nouvel album ; au contraire, il les réinvente.

"The Greathart" revendique le plus grand dépouillement. Assumant une forme de naïveté chère à son auteur, l’album explore les émotions humaines et chante l’importance de la bienveillance et de l’empathie.

"String of Days" est en écoute ici

 

 

Julie Seiler

L’éclipse de Julie Seiler

Écrit par

Julie Seiller a fait ses débuts en 2008, au sein du trio Cabine. Après avoir gravé un premier album (« My Best Friend is my song »), elle publie « Dry River », en 2015, sous son propre nom.

Là, elle explore déjà les liens entre l'Homme et la nature, avant d'embrasser pleinement les influences de Kenneth White sur son nouvel album « Eclipse ».

De la nuit à la lumière. De l'obscur au renouveau.

Centré autour du thème de la pérégrination, « Eclipse » invite à l'imaginaire de paysages. Chaque morceau est l'étape d'un chemin sinueux où l'on se perd, où l'on s'aventure, mais qui finit toujours par nous mener au bon endroit.

L’opus paraîtra ce 29 juillet 2022.

En attendant « Babylone » est en écoute

 

 

Battan l’Otto

De nouveaux horizons sonores pour Battan l’Otto…

Écrit par

Battan l’Otto (entendez ‘Huit heure pétantes’) est un duo de musiciens/performers installé à Rouen depuis 2005 et qui sévit dans le milieu des musiques actuelles et amplifiées dans un style résolument inclassable, mais que l’on pourrait rapprocher de l’électro-folk expérimental.

Le questionnement traversant leurs parcours artistiques se pose autour des cultures populaires, ouvrières et paysannes, de la tradition orale, dans un souci constant d’actualiser ce répertoire par un contact aux nouvelles pratiques musicales, qu’elles soient liées à l’électronique ou au jeu d’acteur sur instrument.

« Planet Nine », c’est la promesse de découverte de nouvelles planètes, de nouveaux territoires et horizons, comme la recherche non-finie des fins et du sens.

Aujourd’hui, l’heure est à la création d’un nouveau répertoire composé de titres originaux dans sa majeure partie.

Des compositions signées pour les paroles et la musique par Silvia Morini, les arrangements restant dans le domaine du collectif. Chantées aussi bien en anglais qu’en français, ces nouveaux titres viennent nous rappeler l’essentialité dans nos existences, dans l’examen critique du devenir et des possibles.

Le clip de « Dusty world » est à découvrir ici

 

 

 

Clipperton

Clipperton unplugged…

Écrit par

Clipperton a enregistré 4 morceaux sous un format semi-acoustique. Deux titres déjà sortis et deux inédits ! Cette live session réalisée par Arthur Chassagne a été tournée à Bordeaux.

Posés dans un beau salon truffé d'objets rares, 4 musiciens accompagnés d'une boîte à rythme délivrent avec application trois morceaux de leur répertoire pop.

Ils terminent la vidéo par une compo interprétée dans le couloir d'à côté, comme pour dire avec douceur ‘au revoir et à bientôt’.

Savourez bien ce joli moment suspendu ici

 

 

Beach Bugs

L’océan, la solitude, la nostalgie et beaucoup de couleurs.

Écrit par

A propos de son nouveau clip, "Sugar Ocean", un second extrait de son futur elpee (un éponyme !) qui sortira ce 14 octobre 2022, les musicos de Beach Bugs, un trio de garage/surf issu Limoges ont déclaré : ‘Pour cette vidéo on a eu l’envie de voir se succéder une série de petites cartes postales désuètes, hors du temps. Des cartes postales désertées, avec pour fil rouge l’absence des corps…’

Le regard d’une caméra Super 8 se pose sur une station balnéaire hors saison (aux abords d’Aveiro, au Portugal).

Et d’ajouter : ‘Malheureusement, après seulement quelques plans, notre caméra vintage a rendu l’âme. Nous en avons sauvé quelques images qui ont été complétées par un boîtier numérique sans charme (mais fonctionnel !)’

Le clip a été réalisé par Duarte Caetano.

Pour écouter et regarder le clip, c’est

 

 

Matteo

Le parcours de Matteo…

Écrit par

Après la sortie de son nouvel album "Matteo & Bro", fin mai, Matteo (Chinese Man) dévoile le clip de "Path" ft. Franck Lebon.

"Path" est le parcours d'un enfant sauvage en quête de lumière et de spiritualité, la légèreté d'un pied d'enfant laisse place à la marche effrontée de l'adolescence. Au travers des lumières des hommes et de leurs voies rectilignes, cette quête devenue fuite vers l'avant l'amène à rencontrer l'éphémère de la vie. La fuite devient course jusqu'à l'envol vers sa propre liberté.

L’ascension, de l’enfance à l'indépendance, est représentée dans ce titre instrumental par la montée en puissance des cuivres, le tout orchestré par Franck Lebon (compositeur de musique de films).

DJ, producteur et membre co-fondateur du groupe Chinese Man, Matteo partage son temps entre la France, l'Amérique du Sud, l'Inde et la Turquie. Grâce à une signature à la fois hip-hop et électro, il fusionne les sonorités d’hier et les pépites rafraîchissantes d’aujourd’hui.

C'est en 2019 que Matteo rencontre les premiers musiciens qui feront partie du projet "Matteo & Bro" sorti le 27 mai dernier. En commençant par le guitariste Karim Addadi et le contrebassiste Christophe Lincontang (avec qui il collabore sur une musique de film), Matteo s'entoure ensuite du batteur Hugo Pollon et du saxophoniste, flûtiste et joueur de Duduk (flûte arménienne) Lamine Diagne. Une réelle envie de lancer un projet où les musiciens sont au cœur du processus de création s'est installée au fur et à mesure des rencontres. Les artistes se réunissent alors à Bron pour la composition du titre éponyme.

Sur cet elpee on retrouve également les voix de deux artistes féminines, Isadora (Belgique) et Tania Saleh (Liban) sur "Sweet Shadows" et "Sakakeen", ainsi que Hervé Salters (General Elektriks) aux claviers, responsable de superbes interventions sur certains titres.

Entre programmation électronique et composition, les maquettes se dessinent, le groove et l'univers entre soul, funk, trip hop et musique du monde prolongent le désir et la production d'un long playing.

Le clip est à découvrir ici

 

 

 

Fantastic Mr Zguy

L’épopée cool de Fantastic Mr Zguy

Écrit par

Extrait de l’album « L’Épopée Cool », dont la sortie est prévue pour cet automne 2022, « Un Petit Tu Me Manques » ajoute un nouvel épisode aux trépidantes aventures sentimentales et sonores de Fantastic Mister Zguy, déjà riches de 3 albums et autant d’Eps.

Enregistré dans son studio proche de Paris, mixé à New York par Daniel James Goodwin (Kevin Morby, Devo, Bob Weir...), la chanson clôt définitivement un débat qui a trop longtemps divisé le monde de la musique. A la question : ‘Peut-on faire une pop sémillante et intemporelle chantée en français tout en portant une moustache de douanier bulgare ?’, Mister Zguy (prononcez Zguaille) répond sans hésitation : ‘Oui ! La preuve...’

En effet, comment ne pas succomber aux charmes millésimés de cette pépite qui conjugue péripétie amoureuse et rush d’adrénaline.

Adepte inconditionnel et revendiqué des sources analogiques, mais ne dédaignant pas l’usage de synthés ancienne génération, Ghislain Chavanne (c’est son vrai nom) s’acquitte de tous les instruments, à l’exception de la batterie.

S’il se réclame volontiers de l’antifolk new yorkais de Jeffrey Lewis et Adam Green, et des grands décalés que sont Daniel Jonhston et Jonathan Richman, il ne saurait renier son appartenance à cet écosystème parisien qui a vu Antoine Doinel faire les 400 coups et Jacques Dutronc jouer les playboys.

Le clip d’animation est à voir et écouter ici

 

 

 

Béesau

Le côté fleur bleue de Béesau…

Écrit par

Le trompettiste Béesau dévoile un nouveau single en featuring avec les producteurs anglais Blue Lab Beats !

« Fleur Bleue » est né d’une rencontre entre trois artistes fans de jazz mais également de hip hop, qui possèdent les mêmes ambitions : explorer et dépasser les frontières des styles musicaux, tout en ayant un profond respect des racines de chacune.

C’est un morceau qui parle de la personnalité « Fleur Bleue » de Béesau et de l’amour qu’il a de partager de la musique avec des artistes et des humains qu’il apprécie particulièrement.

Une connexion franco-anglaise qui apporte un vent de fraîcheur dans le monde du jazz et de la douceur dans le monde du hip hop grâce à des sources d’inspiration qui oscillent entre Kaytranada, Christian Scott ou encore Roy Hargrove.

« Fleur bleue » est en écoute

Alors que la première partie de l’album abordait le thème de l’amour et des relations sans réel recul, dans la spontanéité du moment, la seconde partie, « Coco Charnelle (Part. 2) », traite ces thèmes de manière plus réfléchie.

Ce second volet sonde ce même thème en privilégiant l’analyse des rencontres, avec plus de recul et de maturité.

Ce changement de perspective est aussi appliqué à la musique, ou l’on retrouve des titres plus profonds, plus instrumentaux et plus écrits, tout en conservant la couleur musicale caractéristique de Béesau.

Il s’y entoure cette fois-ci de Jewel Usain, Peet, Ferdi, Ylya, mais aussi des Blue Lab Beats, rois de l’AfroJazz Londonien.

 

Reboot

Reboot face à un monde à reconquérir…

Écrit par

Reboot est un groupe de rock qui développe, à travers des textes en français, l’idée du redémarrage inévitable d’un système en bout de course.

Le groupe s’est formé en mars 2021, sur fond de crise sanitaire et sociale, autour d’une vision désabusée de la société et d’une ambition pour le monde de demain en matière d’écologie, de droit des femmes et de démocratie.

En écho au fameux Monde d’Après, Reboot interroge sur ce que nous sommes aujourd’hui et délivre un message clair : il faut sortir de l’observation passive, voire complaisante, et prendre en main la construction du monde de demain (« Un Monde à Reconquérir »).

« Un monde à reconquérir », dont le clip est à découvrir ici, s’empare d’un sujet d’actualité majeur : l’inaction climatique face à la crise, et les blocages au regard d’enjeux économiques. ‘Il est l’heure de bâtir sur les ruines d’un empire’.

Clip réalisé par Seb Houis (Emma Daumas, Massilia Sound System...), le choix artistique s’est porté sur un reportage en images d’archive choc autour de 3 thèmes : l’impact des activités humaines sur l’environnement et le vivant, l’inaction climatique, et les réactions citoyennes qui en découlent (marches pour le climat). Par cet angle de reporter citoyen, Reboot interpelle sur notre posture d’observation passive voire complaisante sur ces questions.

En live, le groupe s’appuie sur une symbolique dystopique. A l’image de ses propos, sa musique est incisive, électrique, puisant même dans des influences métal, tout en laissant une grande place aux textes.

Face à l’urgence, Reboot est cette voix indispensable qui nous pousse à nous réveiller.

Caesar Spencer

L’épanouissement de Caesar Spencer…

Écrit par

Caesar Spencer annonce la sortie de son nouvel album « Get Out Into Yourself » le 4 novembre 2022.

Dans la lignée des auteurs-compositeurs classiques, comme Scott Walker, Lee Hazlewood, Morrissey ou Pete Doherty, Caesar Spencer proposera un disque célébrant la luxuriance de la pop avec des arrangements baroques et une qualité d’écriture digne des meilleurs songwriters.

Aujourd’hui installé en France, Caesar est un musicien anglo-suédois né au Pérou. Amoureux de la France et de sa culture, Caesar Spencer parvient à mélanger ses influences rock anglo-saxonnes (The Kinks, David Bowie, The Smiths…) et une certaine sophistication française.

L’album « Get Out Into Yourself » transcende les genres et les frontières, depuis la pop pastorale britannique (« Isn't That What Jimi Said »), au surf-rock énergique (« Hail Caesar »), à un hommage inspiré au cinéma français (« When I Whisper In Your Ear »), en passant par des ballades de crooner cosmique évoquant David Bowie (« Requiem »).

Mais surtout, « Get Out Into Yourself » est avant tout un hommage affectueux à la France, une nation qui a ravivé à elle seule l'étincelle créative de Caesar.

Une fois établi à Paris, Caesar a commencé à enregistrer au Studio La Fugitive sous la houlette du producteur Gaétan Boudy. Aux côtés de la chanteuse Jacqueline Taïeb (sur « Waiting for Sorrow »), on retrouve également Jean Felzine de Mustang accompagné de sa partenaire, la chanteuse Jo Wedin, sur plusieurs titres et notamment « Isn't That What Jimi Said ».

L'icône du punk français Gilles Tandy (Les Olivensteins) prête également ses talents à l'album. La chanteuse Mareva Galanter est venue interpréter le morceau de pop baroque « When I Whisper In Your Ear ». Lors des sessions Caesar a également pu compter sur le concours du guitariste/bassiste/claviériste Fred Lafage et du drummer Frantxoa Erreçarret.

Achevé en 2022, le disque propose 11 chansons d’une pop élégante et sophistiquée s’affranchissant des frontières et parvenant à réconcilier la pop britannique et la pop française, Caesar Spencer livrera donc un album riche en émotions. Ave Caesar !

Pour regarder le clip de « Waiting for Sorrow » feat Jacqueline Taïeb, c’est

 

Page 9 sur 463