Lylac rencontre les esprits de la nature…

Telle une allégorie d’un paradis perdu, le nouveau single de Lylac, “The spirits of the wild”, évoque son fantasme ‘Eastwoodien’ des grands espaces sauvages et inexplorés. Fleuretant avec l’idée de la recherche du mythe ultime cher aux artistes californiens…

logo_musiczine

TORRES perdue dans une salle immense…

TORRES (le nom de scène de l'artiste new-yorkaise Mackenzie Scott) publiera son nouvel elpee, « What an enormous room », ce le 26 janvier 2024. La chanteuse américaine propose également son premier single/vidéo, « Collect ». Parallèlement à cette annonce,…

Langues

Trouver des articles

Suivez-nous !

Facebook Instagram Myspace Myspace

Fil de navigation

concours_200

Se connecter

Nos partenaires

Nos partenaires

Dernier concert - festival

slift_aeronef_10
Enter Shikari - Ancienne ...

Sages Comme Des Sauvages face à l’obsolescence programmée…

Écrit par - -

« Répare ou Pas », premier single issu du troisième album de Sages Comme Des Sauvages est un hymne en forme de question.

On le répare ou pas ? Face à un monde plein de vices de fabrication et de malfaçons, le duo se demande si ça vaut encore la peine de raccommoder tout ça. Notre société n’est-elle pas semblable à une vieille imprimante à l’obsolescence programmée qui refuse d’imprimer en couleur ? Les rouages se sont-ils juste grippés ou la machine a-t-elle été sabotée ? Qu'est-ce qu'on sauve dans un monde où tout est à vendre ou à jeter ? Est ce qu'on combat ou est ce qu'on bricole ? Quelque part entre Systema et système D, Sages Comme Des Sauvages ose ouvrir la question.

Pour mener plus loin son enquête, le groupe est allé tourner un clip chez des spécialistes de cette problématique : les amateurs de stock-car. Là-bas, on réanime des voitures dont plus personne ne veut pour leur faire vivre un dernier tour de piste, un dernier tonneau avant leur aller définitif vers la casse. Et la poussière soulevée par ces tôles déglinguées et par ceux qui leur portent un dernier secours devient comme un rituel magique et lancinant, animé par toute la beauté de cette question : ‘On le répare ou pas ?’

Le résultat est un magnifique clip réalisé par Nicolas Adalbert, une merveille cinématographique pleine de cascades et d’aventures en technicolor.

Le clip est à découvrir ici

Informations supplémentaires

Lu 364 fois